Le procès intenté à Jayraj Sookur pour le meurtre de Stacey Henrisson a repris ce matin avec le contre-interrogatoire de l’oncle de la victime, Claude Henrisson. Ce dernier s’en est pris à la mère de Stacey Henrisson, avançant: « Béatrice Rouillon-Sookur était jalouse de sa fille. C’est dommage que la police n’ait pas fait une enquête approfondie sur elle. » Clude Henrisson a ensuite expliqué avoir fait une demande d’injonction en Cour Suprême pour prendre en charge la dépouille de sa nièce afin de l’enterrer dans le caveau familial car la mère, dit-il, voulait l’incinérer. Suite à cette déclaration, Jayraj Sookur s’est levé du banc des accusés pour affirmer haut et fort: « C’est injuste, votre honneur! »
Après avoir révélé, lors de son contre-interrogatoire vendredi dernier, qu’il était à Rodrigues le 5 mai 2012, l’oncle de Stacey Henrisson, Clude Henrisson, maintient aujourd’hui qu’il n’a « rien à voir » avec la mort de sa nièce. Le témoin a été confronté au fait que le bras droit de Wills Henrisson, Bhavik Ramphul, avait consigné une déposition à la police le 13 octobre 2011 pour dire que le frère de Wills, soit Clude Henrisson, voulait vendre la maison de Pointe-aux-Canonniers ainsi que des meubles qui s’y trouvaient. Clude Henrisson a catégoriquement nié. « Je n’avais rien à faire avec la maison de Wills. C’était notre patrimoine et on ne vend pas son patrimoine», dit-il.
D’autre part, l’avocat de l’accusé Jayraj Sookur, Me Dayal, devait à un moment demander au témoin les raisons qui l’avaient motivé à faire une demande d’injonction pour demander le corps de Stacey. « Béatrice Rouillon-Sookur était une maman qui était jamais “aware”. Elle avait abandonné son enfant. En descendant de l’avion, ses premiers mots étaient pour son mari : “Mon mari n’a pas fait ça” », a répliqué Clude Henrisson. Et d’ajouter : « C’est dommage que la police n’a pas approfondi son enquête sur Béatrice. C’était une maman qui était jalouse de sa fille et méchante envers elle. »
C’est à ce moment-là que Jayraj Sookur, du banc des accusés, s’est levé pour s’adresser au juge. « C’est injuste votre honneur », a-t-il eu le temps de dire en larmes avant que les huissiers ne lui fassent comprendre qu’il ne peut intervenir en pleine audience et qu’il a un avocat pour le représenter. Poursuivant son contre-interrogatoire, Clude Henrisson a aussi indiqué qu’un enseignant du lycée des Mascareignes lui avait confié que Stacey était « une enfant négligée » et qu’elle venait souvent à l’école avec des chaussures trouées. « Quelqu’un m’avait aussi envoyé une lettre anonyme faisant état des problèmes que rencontrait Stacey», a-t-il déclaré.
À la fin du contre-interrogatoire, Me Dayal a demandé au témoin s’il était au courant que, dans l’une de ses dépositions, Jayraj Sookur l’avait incriminé.