L’interrogatoire de l’inspecteur Jean Claude Vally s’est poursuivi au tribunal de Flacq hier. Lors de l’ouverture des travaux lundi, il avait produit en cour les dépositions du beau-père de Stacey Henrisson. Il en ressort qu’après une première déposition dans laquelle Jayraj Sookur avait évoqué une relation incestueuse avec sa belle-fille, il devait se rétracter dans la suivante, affirmant aux enquêteurs que « mo pa finn touy Stacey, depi samedi linn kit lakaz, mo finn telefonn li lor so portab, so portab finn sone me li pann reponn, mo pa pou donn okenn lanket ». Au cours de l’enquête policière, un témoin de nationalité malgache avait confirmé à la police et identifié l’accusé comme celui qui lui avait donné un lift à Grande-Rivière-Nord-Ouest dans la nuit du 5 mai 2012. Par ailleurs, l’inspecteur Vally a déclaré en cour hier qu’un salesman du magasin Espace Maison avait identifié Sookur comme celui qui était venu acheter de la corde et sept mètres de couverture en plastique. « Limem sa misye, li ti vinn aste la corde et set met plastik dan magazin Espace Maison », avait affirmé le salesman. Confronté à ce fait, Jayraj Sookur avait indiqué aux enquêteurs : « Mo dakor. » Les enquêteurs avaient par ailleurs fait une descente des lieux à GRNO où plusieurs objets appartenant à la victime avaient été balancés dans une rivière dans la nuit du 5 mai 2012 par son beau-père et son chauffeur Ramdassen Tanny. Rappelons que ce dernier est lui poursuivi devant la Cour intermédiaire sous une charge de « concealing corpse ». Poursuivant son récit, l’inspecteur Vally a indiqué que le 4 juin 2012, l’accusé avait identifié les objets récupérés de GRNO comme ceux qu’il avait jetés à l’exception d’un DVD Player. De plus, lors d’une perquisition dans le centre de massage de Jayraj Sookur à Grand-Baie, la police avait saisi plusieurs autres items, en particulier des documents dont des ordres de virement et des transactions de la Banque des Mascareignes. Les enquêteurs étaient également tombés sur des reçus du supermarché Winners et du magasin Espace Maison. Le 3 avril 2013, les enquêteurs étaient revenus le voir à la prison de Beau-Bassin pour l’interroger sur des nouveaux éléments recueillis durant l’enquête. L’officier de prison devait faire savoir aux enquêteurs que Jayraj Sookur « dir li pa le trouv personn, li pa le donn lanket ankor ».
Par ailleurs d’autres témoins ont déposé dans la journée d’hier. Le constable Vikesh Bawa a déclaré que le 12 mai 2012, lorsqu’il est arrivé à Plaine-Champagne après avoir reçu un appel de l’Information Room de la police, un groupe de touristes y étaient déjà. Ce sont eux qui ont indiqué à la police où se trouvait le sac en plastique noir. Le corps de Stacey Henrisson dissimulé dans ce sac noir était suspendu à une branche dans un ravin. La police avait eu à faire appel à une équipe du Groupe d’intervention de la police mauricienne pour remonter le corps. Le cadavre qui était dans un état de décomposition avancé n’avait pu être identifié lors de l’autopsie. C’est finalement sa couronne dentaire qui avait permis à la police d’établir l’identité de Stacey Henrisson. La Cour a écouté plusieurs autres témoins, dont les policiers qui ont assuré la garde des lieux après la découverte du cadavre. Les travaux ont été ajournés à demain. L’enquête préliminaire est présidée par la magistrate Razia Jannoo-Jaunbocus. Jayraj Sookur, qui est en détention depuis son arrestation, est défendu par Me Avineshwur Raj Dayal alors que le parquet est représenté par Me Medhi Manrakhan.