Le procès intenté à Jayraj Sookur pour le meurtre de sa belle-fille, Stacey Henrisson, dont le cadavre avait été retrouvé dans un ravin à Plaine-Champagne le 12 mai 2012, s’est poursuivi hier avec le témoignage de Bhavik Ramful, l’homme de confiance de feu Wills Henrisson, père de la victime. Lors de son témoignage, Bhavik Ramful est revenu sur sa relation avec la famille Henrisson et a nié catégoriquement les allégations de Jayraj Sookur, qui a dit à la police que le témoin serait l’auteur du meurtre de Stacey Henrisson. La bonne à tout faire a également été appelée à la barre.
Lors de l’audience tenue hier après-midi aux Assises, Bhavik Ramful, qui était le bras droit du défunt père de Stacey Henrisson, Wills Henrisson, a relaté au détail près sa relation avec la famille Henrisson et sur les circonstances qui ont suivi la mort de son patron. Le témoin a indiqué qu’il connaissait Wills Henrisson depuis son adolescence, sa mère ayant également pris emploi dans le magasin géré par Wills Henrisson. Bhavik Ramful a relaté qu’après ses études au secondaire, il avait travaillé au départ comme commis pour Wills Henrisson, jusqu’à devenir son bras droit dans son business. « Wills Henrisson me prenait pour son fils. Nous étions tout le temps ensemble, les gens disaient toujours que nous étions comme “kalson-simiz” », a-t-il avancé.
Questionné par Me Medhi Manrakhan sur ses relations avec Stacey Henrisson, Bhavik Ramful a soutenu qu’il la considérait comme sa soeur : « Nou ti kouma enn famiy, mo ti pe fini mo letan laba. » Ainsi, Bhavik Ramful a déclaré que quand la santé de Wills Henrisson a commencé à se détériorer, ce dernier lui aurait demandé de gérer tous ses biens, dont ses comptes bancaires et sa propriété à Pointe-aux-Canonniers, ainsi que d’autres dépenses, comme les frais scolaires de Stacey Henrisson.
Bhavik Ramful a soutenu que tout se passait bien jusqu’à la mort de Wills Henrisson, le 18 octobre 2011. « J’ai toujours bossé à la propriété de Wills Henrisson jusqu’à ce qu’on me mette à la porte », déplore-t-il. Quelques jours après le décès de Wills Henrisson, la mère de Stacey Henrisson, Béatrice Rouillon-Sookur, avait sollicité et obtenu un ordre de la Cour suprême interdisant à l’oncle paternel de sa fille, Clude Herbert Henrisson, et à Bhavic Ramful, d’avoir accès aux propriétés de Wills Henrisson. Dans cet ordre, les deux hommes devaient aussi se tenir à l’écart de Stacey Henrisson. « Avec cet ordre, je ne suis plus jamais entré en contact avec Stacey depuis janvier 2012 », a-t-il déclaré.
Confronté à la version de Jayraj Sookur selon laquelle Clude Henrisson, la soeur de Béatrice Rouillon, Tany Ramdassen, et lui seraient les auteurs du crime, Bhavik Ramful a répondu par la négative. « Le 5 mai 2012, je travaillais dans un catamaran comme freelance toute la journée et j’avais d’autres petits boulots dans l’après-midi. Après cela, je suis rentré chez moi », a-t-il soutenu.
Témoignage de la bonne
La bonne à tout faire qui travaillait chez Jayraj Sookur à Bonne-Mère a également été appelée à la barre des témoins. Elle a indiqué avoir repris le travail après le séjour de la famille Sookur en Inde, soit le 4 mai 2012, et que la dernière fois qu’elle avait vu Stacey Henrisson, c’était le 5 mai 2012. Quand elle a quitté le domicile des Sookur ce jour-là, Stacey était dans sa chambre. Toutefois, la bonne à tout faire devait relater que, les jours qui ont suivi, elle ne l’avait plus vue. Quelques jours plus tard, alors qu’elle faisait le ménage, Jayraj Sookur lui avait demandé de ranger la chambre de Stacey Henrisson et d’empiler les affaires de cette dernière pour les donner à un « ashram ».
L’audience se poursuit aujourd’hui avec l’audition du SP Daniel Monvoisin. La poursuite est représentée par Mes Medhi Manrakhan et Audrey Stephen-Sungeelee alors que Me Avineshwar Dayal défend les intérêts de Jayraj Sookur.