Sanjeev Ramessur, poursuivi pour le meurtre de sa compagne, Veenoo Naiko, en février 2012, a comparu aux Assises hier. En l’absence d’un homme de loi pour le représenter, l’affaire a été renvoyée pour être fixée à une date ultérieure, soit le 17 juin. L’accusé, qui est toujours en détention, a fait savoir à la Cour qu’il avait déjà retenu les services d’un avocat qui connaissait tous les détails.
Le taximan Sanjeev Ramessur, plus connu sous le sobriquet de “34”, a été arrêté le 25 février 2012 et a avoué le meurtre de sa compagne. Il avait confié aux hommes de l’Assistant-surintendant de police Daniel Monvoisin qu’il avait commis le crime car étant persuadé que sa concubine lui était infidèle. La Western Division de la CID n’avait pas eu grand mal à appréhender le suspect, qui avait subitement disparu de la circulation avant même la découverte du corps de Sunita Naiko. Après un interrogatoire serré, le taximan était alors passé aux aveux, expliquant avoir agi par « jalousie ». Après son arrestation, Suraj Ramessur a été provisoirement inculpé de l’assassinat de Sunita Naiko. Il est toujours en détention. Le corps de Veenoo Naiko avait été retrouvé, nu sous une couverture, à son domicile, Route-Bassin, à Quatre-Bornes. Elle avait alors la tête dans une cuvette d’eau et portait une lanière en tissu nouée autour du cou. La veille de la découverte macabre, la soeur de la victime, la Woman Police Constable (WPC) Boodhoo, avait tenté vainement de prendre contact avec sa soeur. Lorsqu’elle s’est rendue au domicile de Sunita, la maison était fermée à clé, tandis que ses deux fils, sortis de l’école, attendaient au-dehors. Une déposition pour “Missing Person” avait alors été consignée au poste de police de Quatre-Bornes. L’examen post mortem, effectué par le Principal Police Medical Officer le Dr Maxwell Monvoisin, avait révélé que Sunita avait été victime d’une strangulation.