Dix jours après le meurtre de Vikram Ghoorbin, abandonné dans un champ de cannes à Cap-Malheureux, l’enquête policière a abordé une étape déterminante. Après des longues séances d’interrogatoire, les cinq suspects de ce crime atroce ont participé hier à une reconstitution, que ce soit sur les lieux du meurtre à Camp-Maillet, au restaurant Marmite Mauricienne à Trou-aux-Biches (où trois des suspects ont pris une collation une fois le “travail” accompli) ou dans le salon de coiffure de Reza Jeeawoody à Triolet, où l’épouse de la victime, Madhuri Ghoorbin, lui avait remis Rs 10 000 pour infliger une correction à son époux. Compte tenu de l’envergure de cet exercice, long de quatre heures, un important contingent policier, sous la responsabilité de la Major Crime Investigation Team (MCIT) du surintendant Manaram, a été déployé.
Le trajet emprunté par le cortège d’au moins une quinzaine de véhicules de la police engagé dans cet exercice hier indique que les présumés meurtriers ont pratiquement fait le tour du nord de l’île pour mettre à exécution leur plan. D’abord, sur le coup de 17 h 30 le mardi 16 avril, Nizammudin Okeep, au volant d’un 2×4, devait récupérer le suspect N°1, Reza Jeeawoody, 23 ans, à son salon de coiffure à Triolet. Hier, il a indiqué exactement où il se trouvait quand il est venu chercher le coiffeur. Soulignons que ce dernier s’est présenté avec le pied droit plâtré lors de la reconstitution. L’épouse de la victime, Madhuri (Simee) Ghoorbin, devait pour sa part confirmer aux enquêteurs que le paiement de Rs 10 000 a été effectué dans ce salon de coiffure.
Les véhicules de la police, bénéficiant de l’aide des motards, se sont ensuite dirigés vers le domicile de Reza Jeeawoody à Triolet, où ce dernier avait récupéré des barres de fer et un couteau, entre autres, en vue d’infliger la correction à Vikram Ghoorbin. Le prochain arrêt de la bande sera à Grand-Baie, au domicile de Ahmad Battun, alias Long. Ce denier, qui était armé de deux gourdins, devait alors rejoindre Nizammudin Okeep et Reza Jeeawoody à bord du 2×4. Entre-temps, ils avaient donné rendez-vous à l’amant de Madhuri Ghoorbin, Iswardeo Gooljar, dans les parages du terrain de football de Petit-Raffray. Ces deux endroits ont été désignés par les suspects comme le veulent les procédures de la police. Un exercice intégralement enregistré sur vidéo par les éléments du SOCO.
Une fois réunis, les quatre suspects devaient élaborer le plan pour attirer Vikram Ghoorbin dans un traquenard. Le but était de l’attirer hors de chez lui à Petit-Raffray en lui faisant croire qu’il y avait une réparation de tôle urgente à faire sur une voiture accidentée. Les suspects devaient montrer aux enquêteurs l’endroit où ils se tenaient quand leur première tentative au domicile de Vikram Ghoorbin devait échouer. Le neveu de Vikram Ghoorbin devait en effet leur affirmer que celui-ci n’était pas là.
Devant ce contretemps, les quatre suspects devaient garer leur 2×4 en face du Restaurant Bubbles, non loin à Petit-Raffray. Un peu plus tard, vers 20 h 30, la bande devait revenir à la charge et parvenir à convaincre Vikram Ghoorbin de « fer sa travay-la. »
Le cortège de la police devait à ce moment suivre le trajet emprunté par le véhicule conduit par Nizammudin Okeep mardi et se rendre dans un champ de cannes à 300 mètres de la route principale à Camp-Maillet, Cap-Malheureux, là où le crime a été commis.
Une fois arrivés sur ces lieux, vers 13 h 30 hier, les quatre suspects devaient raconter dans les moindres détails aux enquêteurs le déroulement de l’agression. Ils ont montré le lieu exact dans ce sentier du champ de canne où la victime a été jetée à terre avant d’essuyer des coups de poing, de pied, de gourdins et de barres de fer, avant de recevoir un coup de couteau à la hanche, asséné par Reza Jeeawoody. « Enn moman donné mo rentre dans mo transport ek mo dir zot assez bate nou prend li nou ale. Reza inn vine kot mo transport kot mo laporte derier kote goss. Line tir enn couteau. Ler mo guette sa kouto la, mo latet inn fatige. Mo panne kone ki pou dir li dan sa ler la. Mo pann rode dir li nanier tansion li pik sa are mo mem », a soutenu Nizammudin Okeep aux enquêteurs sous la supervision du surintendant Manaram de la MCIT.
Alors que jusque-là, l’exercice s’était déroulé dans le calme, les quelque 200 personnes se trouvant aux abords du lieu du crime devaient commencer à conspuer les suspects. Les responsables de la police devaient calmer les esprits, alors que les éléments de la Special Support Unit avaient dégagé un périmètre de sécurité pour tenir les badauds à distance.
Selon la chronologie des faits, Madhuri Ghoorbin, Reza Jeeawoody, Nizammudin Okeep devaient ensuite aller prendre une collation au restaurant Mamite Mauricienne à Trou-aux-Biches alors que leur victime agonisait dans un champ de cannes à quelques kilomètres. Ces trois suspects ont identifié le lieu. Reza Jeeawoody a également montré aux enquêteurs le terrain où il a caché le couteau de boucherie, derrière la maison de Long à Grand-Baie, qu’il a utilisé pour tuer la victime.