Poursuivi pour le meurtre de son épouse, Shirley Doobraz, Jagatsingh Doobraz a plaidé coupable devant le juge Benjamin Marie-Joseph, siégeant devant les Assises. Le procès sera entendu ce vendredi. Cette affaire remonte à mai 2012, quand le corps calciné de Shirley Doobraz avait été retrouvé à son domicile. Jagatsingh Doobraz avait avoué aux enquêteurs de la CID de Trou-aux-Biches qu’il était l’auteur du meurtre.

L’époux avait expliqué aux enquêteurs que « les déboires » de sa femme et ses soupçons « d’infidélité » l’avaient poussé à asperger son épouse d’essence avant de craquer une allumette. Le jour des faits, il avait, par “precautionary measure”, rapporté sa femme au poste de police de Triolet pour ses déboires et avait même fait comprendre qu’il souhaitait établir un contact avec la Family Protection Unit. Dans un premier temps, l’accusé avait tenté d’emmener les enquêteurs de la CID de Trou-aux-Biches sur une fausse piste, indiquant que sa femme s’était immolée. Il s’était par la suite rétracté.

Après s’être rendue à un rassemblement politique du 1er Mai, Marie Shirley Doobraz était rentrée chez elle sous l’influence de l’alcool et peinait à monter les marches de l’escalier menant à sa maison sur l’artère principale de Pointe-aux-Piments. Devant cette scène et l’incapacité de la femme de prendre soin de leur fillette d’un an, Jagatsing Doobraz aurait été pris d’un accès de colère. Il s’était alors rendu un peu plus tard à une station-service pour se procurer de l’essence, et ce ayant en tête d’en finir avec sa femme.

Une fois rentré chez lui avec le bidon d’essence, l’accusé s’était calmé et avait décidé d’aller se coucher. Cependant, au beau milieu de la nuit, il a surpris sa femme consommant de l’alcool. Très vite, une dispute a éclaté. Et après une altercation des plus houleuses, Marie Shirley Doobraz est tombée lourdement sur le sol puis a saisi une barre de fer en vue d’agresser son époux. La situation a dégénéré très vite et le pire s’est alors produit. Sous l’emprise d’une nouvelle colère, Roshan Doobraz a aspergé sa femme d’essence avant de craquer une allumette. Marie Shirley Doobraz sera retrouvée carbonisée en position assise contre un mur dans le salon.