L’idylle amoureux était trop beau pour être vrai, surtout pour durer. La Mauritius Football Association d’aujourd’hui nous ramène à 28 ans en arrière, si, bien sûr, vous vous souvenez de l’Alliance 60-0 MMM-PSM.  Une alliance qui n’a duré que 9 mois, un peu à l’image que nous offrent les dirigeants de cette fédération qui 9 mois après avoir été élue pourtant pour diriger la MFA avec toute la lattitude possible avec un 12-0. Neuf mois après, c’est par le biais d’un vote de «No Confidence» que huit membres de l’exécutif demandent le retrait de Vinod Persunnoo. Une réunion de l’exécutif a été convoquée pour ce lundi à 16h30 au Football house, où visiblement le président de la MFA jouera  son va-tout si d’aventure il est présent. Car outre la tête de leur président, Anoop Madhow, Mustapha Chitbahal, Mario Thomas, Ram Narrainen, Rayman Furjun, Barlen Sengayen, Samir Sobha et Nanda Kisten veulent la mise en place d’un nouveau bureau. La MFA est désormais sous perfusion, qu’importent les résultats de ce lundi.
Tout est parti d’une lettre en date du 25 septembre où les huit membres mentionnés plus haut ont, après une réunion, décidé d’envoyer une lettre commune au secrétaire de la MFA, Bhurdwaz Mungur, pour réclamer une réunion urgente de la MFA car ils estiment, entre autres, que (a) les affaires de la fédération ne sont pas administrés dans les limites des règles de la fédération et (b) le président (Vinod Persunnoo) est en train de misleading la fédération en différentes occasions en vertu des Articles 24. 1.3, 29.1.3 et 29.1.4 des règlements de la fédération. Dans ces circonstances, les auteurs de la lettre estiment que le président de la MFA ne respecte pas les règles et dans ces circonstances «move that we have non confidence in him». Ils demandent donc à Bhurdwaz Mungur de convoquer une réunion urgente du Managing Committee avec comme agenda (a) Motion of non confidence et (b) Re shuffling of office bearers. Ayant pris acte de cette lettre, le secrétaire de la MFA envoie un courrier électronique à tous les membres de la MFA pour annoncer la tenue d’une réunion le lundi 3 octobre à 16h30 au Football House.
Mise au parfum de cette démarche, le président de la MFA ne reste pas les bras croisés et consulte à tour de bras et cherche à comprendre. C’est ainsi que 4 jours après, soit le 29 septembre, Vinod Persunnoo adresse une lettre aux huit membres qui veulent sa tête. Il évoque entre autre l’Article 28.3 de la MFA pour dire que cette réunion urgente de l’exécutif ne peut se tenir puisque le président doit aussi donner son aval pour qu’elle se tienne. Non satisfait de la position adoptée par le président, un des contestaires, à savoir Anoop Madhow (1er vice président) a consulté un homme de loi avant de venir avec une seconde lettre en date du 30 septembre pour répliquer que  du fait que le président est«targeted» dans la motion de « no confidence » il n’est pas approprié de sa part de prendre un «stand». Mais aurait dû confier la question au secrétaire. La lettre précise aussi que la réunion de l’exécutif se tiendra, comme convenu, ce lundi puisque le président a décliné cette demande en vertu de l’Article 28.3 avec le même agenda.
«Notre démarche n’a rien de personnel. Notre motivation est due au fait que depuis 9 mois, on parle de beaucoup de choses, mais très peu de football. C’est donc une démarche collective où on retrouve 3 vice-présidents, le trésorier et son assistant de même que l’assistant secrétaire et deux membres. C’est un move qui a été mûrement réfléchi puisque nous savons que cette démarche allait provoquer une situation difficile, mais c’est nécessaire car le président nétait plus en coordination totale avec son comité sur plusieurs points. Nous avons l’impression que tout est fait en petit comité avant que nous sommes informés de la situation», nous a expliqué un signataire de la lettre.
Persunnoo veut jouer sur un autre terrain
Pour l’heure, le groupe de huit dit n’avoir pas de leader, agit pour le bien du football et de la fédération. «Nous avons été élus pour sauver le football, mais malheureusement les choses ne vont pas dans cette direction. Nous attendons la réunion de lundi pour voir comment les choses évoluent et nous tenons à dire que nous ne sommes pas en train de mettre Vinod Persunnoo hors de l’exécutif, mais qu’il laisse la place à une autre personne qui est plus capable de faire tourner la machine pour le bien du football», explique encore l’auteur de la lettre.
Mais le président de la MFA sait que sa situation est pour le moins grave, puisque huit des 11 membres de son exécutif est contre lui. C’est ainsi qu’il veut jouer sur un autre type de terrain. A savoir le terrain de la consultation populaire. «Nous avons été comme une équipe avec un leader. Tout le monde sait que c’est moi qui était ce leader et les clubs ont voté. Donc, je crois que s’il faut changer de président c’est à l’assemblée de voter. D’autant que je trouve ridicule, triste et surtout décevant les raisons avancées par mes détracteurs», a indiqué Vinod Persunnoo à Week-End hier en fin d’après-midi.
Pour contrecarrer, le président de la MFA a décidé de lâcher soudainement une assemblée générale spéciale que USBBRH et Etoile de l’Ouest réclamaient depuis belle lurette pour leur réintégration dans la D1 nationale. Cette assemblée a tout l’air d’être le forum recherché par Vinod Persunnoo pour démontrer qu’il a un soutien populaire. Du reste, cette assemblée est tenu un vendredi à 17h afin d’éviter le piège des absents pour cause de non disponibilité.
Interrogé par Week-End à l’effet qu’une motion de confiance à son égard soit présentée lors de cette assemblée, Vinod Persunnoo n’écarte pas cette possibilité. Réunion du comité directeur contre assemblée générale: qui gagnera? Personne ne sait, mais ce qu’on peut affirmer  c’est que c’est la dernière chose dont le football  avait besoin. Entre un championnat dont on ne sait pas encore si la compétition attirera les spectateurs et un Club M qui bat de plus en plus de l’aile en attendant ses deux dernières sorties internationales pour la saison 2011 contre le Sénégal et le Liberia (match incertain en raison des problèmes financiers),  le football mauricien n’avait pas besoin de cette nouvelle instabilité.Une fois de plus, ils n’ont pas pensé au football.