Une lettre de la FIFA est venue, une nouvelle fois bouleverser les données au niveau national dans un pays de surcroît souverain. Surtout avec une cour de justice dont le principe de séparation de pouvoir avec l’exécutif est garanti par notre constitution. Inactif depuis le 11 octobre, date où fut tenue une assemblée générale élective sur la base d’une série de vice de procédures, qui fut par la suite confirmée par le représentant de la FIFA, Primo Corvaro. Mais la FIFA n’a jamais jugé utile de donner son opinion sur ce dossier, ni même de confirmer l’élection de Samir Sobha, dit le Sheik, comme président de la MFA. Devant l’inaction et surtout l’absence de considération de la part de la FIFA, une action logique fut entrée en cour par le groupe Anwar Elahee qui ne reconnaît pas l’équipe de dirigeants en place à la tête de la MFA.
Après le jugement favorable, le Think Tank de Samir Sobha,  composé entre autres de Pathak Ballgobin, Laval Ng, des judas Nazir Bowud et Prem Jodha et d’une autre personne non identifiée à valeur du jour, a joué la carte de la FIFA. Comme à la FIFA House à Zurich, ils sont notoirement connus pour être allergiques à toute cour de justice indépendant, il va sans dire que la lettre de la FIFA portant la signature de Markus Kattner, le secrétaire général adjoint de la fédération internationale, n’a pas tardé. Elle date du 12 décembre, c’est-à-dire jeudi dernier où la position ne fait pas l’ombre d’un doute.
«Eu égard (ndlr: la plainte de groupe Elahee), nous tenons à vous rappeler que tous les membres de la FIFA doit gérer leurs affaires de façon indépendante sans l’influence d’une third party en vertu des sections 13 et 14 des statuts de la FIFA. De ce fait, la décision de la cour suprême de Maurice, si elle  est appliquée, peut être considérée comme une interférence et de ce fait est en infraction avec les statuts de la FIFA.  Ceci peut conduire à l’imposition des sanctions contre la MFA comme cette affaire peut être conduite devant les plus hautes instances de la FIFA pour toute considération pour des décisions appropriées qui peuvent comprendre la suspension»,
écrit entre autres Markus Kattner.
Le dictat, pour ne pas dire la dictature de la FIFA dans toute sa quintessence, sans prendre en considération le fait qu’une personne, voire un groupe de personnes — y compris deux  qui ont été condamnées par la justice dont une pour abus sexuel — ont pris le contrôle de cette fédération d’une façon peu sportive. Surtout par le biais des combines et subterfuges, voire finalement par la force alors que le représentant de la FIFA avait ordonné de ne pas organiser cette assemblée.
Pour conclure, Markus Kattner demande au groupe Elahee de retirer sa plainte et de venir devant l’assemblée pour rechercher toute arbitration dans le processus électoral et annonce la venue à Maurice d’Ashford Mamelodi et de Magdi  Sharns El-Din, membre de l’exécutif de la CAF pour l’assemblée de ce mardi. Fort de cette lettre, la MFA est allée en cour  pour contester l’ordre du juge Hajee Abdoula, émis vendredi dernier, pour stopper l’organisation de l’assemblée générale du 17 décembre.  Le juge, a,  de ce fait, convoqué les trois parties ce lundi. Reste qu’entre-temps, il existe le jugement de « Justice Domah », justement sur la dictature des instances sportives internationales.