Depuis le 7 août, le contrat entre Mauritius Duty Free Paradise (MFDP) et son seul fournisseur, Dufry, a été résilié, avec trois mois de préavis. Ainsi en a décidé le nouveau board, selon le chairman, Racheed Daureeawoo. Lors d’un point de presse jeudi, ce dernier a annoncé une augmentation salariale entre 30 et 35% pour les employés au bas de l’échelle. Le chairman a d’autre part annoncé que les objectifs de MFDP ont été revus suite à une étude d’Alentaris Consultant Ltd, avec un repositionnement dans un « modern business environment ». Ainsi, par exemple, seront davantage tenues en compte les spécificités de chaque continent au niveau de la clientèle alors qu’une plus grande place sera faite aux produits locaux. Selon Racheed Daureeawoo, « sur 57 marques de parfum qui travaillaient avec Dufry, 51 ont affirmé vouloir travailler directement avec MFDP ». En 2014, MFDP a réalisé un chiffre d’affaires de quelque 50 M d’euros.
La situation était « inconfortable et très critique car nous avions un seul fournisseur, Dufry », devait expliquer Racheed Daureeawoo d’entrée de jeu. C’est ce qui explique, selon lui, qu’il y ait eu autant de spéculations au niveau de l’approvisionnement des produits de la MFDP depuis quelque temps. « On a pris la décision qui s’imposait dans l’intérêt de la compagnie. »
Quant aux employés de MDFP, qui étaient dans l’attente d’une révision salariale depuis 2013, devait-il poursuivre, le nouveau board a demandé à Alentaris Consultant Ltd de « tout réactualiser, car cette compagnie de consultants a commencé son travail alors qu’il y avait Dufry, et comme nous opérons dans un contexte international, il fallait revoir l’efficacité de nos employés ». Le rapport d’Alentaris Consultant Ltd préconise la création de nouveaux postes. C’est dans ce contexte que la décision a été prise que les salaires des employés au bas de l’échelle, à l’instar des Attendants, des Sales Assistants et des chauffeurs, soient revus à la hausse, soit entre 30 et 35%.  « Comme tout rapport pour la révision salariale comporte de petites erreurs, nous avons décidé de mettre sur pied un “Errors, Omissions & Anomalies Committee”. » D’ici la fin du mois ou, au plus tard, la fin de l’année, selon M. Daureeawoo, les employés recevront leurs arrérages, qui devraient coûter à MFDP quelque Rs 2 millions par mois.
Depuis l’expiration du contrat de MFDP avec Dufry, selon le chairman, « MFDP a retrouvé son indépendance » en ce qui concerne le choix des fournisseurs. « Pour nous, le but principal est que la boutique soit approvisionnée au maximum afin de satisfaire les voyageurs. Il y a eu une période de transition où des produits n’y étaient pas. On a constaté que Dufry fournissait seulement un tiers de nos commandes dans diverses catégories. On a dû chercher d’autres fournisseurs pour compléter la gamme de nos produits. » Parmi les 51 marques ayant affirmé préférer travailler directement avec MFDP, on retrouve Chanel, Dior et Givenchy. Maintenant que MFDP peut choisir ses fournisseurs, « nous pouvons avoir des produits plus tendances ». Et d’ajouter : « On veut être au même niveau d’approvisionnement par rapport à l’Europe. » Le chairman s’est dit conscient que, de nos jours, « les voyageurs sont très informés des prix pratiqués » par divers aéroports. « Notre objectif est de rendre nos prix plus compétitifs. On veut être plus compétitif dans la région africaine et dans l’océan Indien. »
Autre objectif de MFDP sur le moyen terme : cibler la spécificité de chaque type de clientèle. « Chaque continent a un comportement commercial. Par exemple, la clientèle chinoise augmente rapidement. » S’agissant de l’Afrique, « un potentiel sur lequel on compte beaucoup, on doit avoir notre place là-bas ». Le chairman de MFDP devait ajouter qu’avec AML (Airport of Mauritius Ltd) et Atol, « on veut créer un stress free environment ». Il a par ailleurs souligné que davantage de place sera faite aux produits locaux de très bonne qualité et qui sont recherchés par les touristes. « Cela cadrera avec la volonté du gouvernement de créer plus d’emplois. » Répondant à une question de la presse, M. Daureeawoo a indiqué que la situation financière de MFDP « est relativement très bonne », ajoutant : « Le “turnover” était de 50 M d’euros environ en 2014 et d’environ 47 M d’euros en 2013. Quant aux employés, ils sont 400. »