L’édition 2015 du Model United Nations (MUN) sur le plan national se déroule depuis hier au Mahatma Gandhi Institute (MGI). Des jeunes de 40 collèges et représentant 72 pays se réunissent pour discuter des sujets d’intérêts dans le monde, tels le changement climatique, la pauvreté et le terrorisme, entre autres. S’adressant aux délégués, la ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, les a invités à profiter de cette expérience d’ouverture sur le monde qui les aidera à s’affirmer et à développer des talents comme l’art de négociation.
Cette session de MUN au niveau national se tient après les différentes sessions régionales. On retrouve ainsi les meilleurs délégués des quatre zones réunis au MGI depuis hier. Cette édition marque également la 20e année du MUN à Maurice. Outre le fait de représenter les différents pays qui leur ont été attribués, les jeunes auront aussi l’occasion de discuter des sujets d’intérêt mondial comme le changement climatique, la pauvreté, le terrorisme, la crise économique et le chômage chez les jeunes, entre autres.
Lors de l’ouverture de cette session hier, la ministre de l’Éducation a invité les participants à profiter pleinement de cette expérience. « Le MUN est une occasion de développer des qualités pour devenir des leaders de demain. Vous allez vous familiariser avec les affaires du monde, mais également développer l’art de prendre la parole en public et de négocier. Ce sont des qualités très importantes dans le monde actuel. »
La ministre en a profité pour sensibiliser les jeunes sur les dangers auxquels les filles et les femmes sont exposées dans la société et plus particulièrement dans certaines régions du monde. Elle a fait référence au mariage forcé où des jeunes filles se voient privées de la liberté de poursuivre leur éducation. De même, elle a soulevé la question de la mutilation génitale féminine. « Pas plus tard que la semaine dernière, la BBC faisait état du mouvement massif de 200 filles vers des états africains pour cette pratique condamnée. » Elle a invité à prendre conscience sur cette réalité.
Toutefois, a-t-elle souligné, il y a de l’espoir, car les organisations sont de plus en plus nombreuses à prendre position sur la question. Elle a rappelé les objectifs du millénaire et la volonté de construire un futur durable pour tous.
La ministre a invité les délégués à profiter pleinement de cette session du MUN, qui contribuera à leur apprentissage et qui les aidera certainement dans leur vie future.