À quatre jours de l’élection présidentielle à Madagascar, l’archevêque de la Province anglicane de l’océan Indien a adressé un message hier à la population malgache. Mgr Ian Ernest y souligne les attentes dans le pays en souhaitant que celui ou celle qui sera élu respecte son engagement et ne déçoive pas la confiance placée en lui. L’Église anglicane est un membre influent du Conseil des Églises Chrétiennes à Madagascar et elle est un interlocuteur important dans la vie sociale du pays. Plus d’une fois ces dernières années l’Église anglicane a pris position pour une sortie de crise en interpellant les décideurs et les politiciens de ce pays.
La lettre de Mgr Ernest, intitulée « Travailler pour le progrès et le développement d’une île en quête de stabilité », a aussi été envoyée aux évêques anglicans de la région. Ci-dessous des extraits de ce message.
« Vous serez appelés comme citoyens de la République de Madagascar à voter bientôt et ainsi vous êtes tous dans l’expectative d’un changement de vie. La République de Madagascar ne peut se permettre aujourd’hui d’être à la merci de ceux et celles qui veulent servir leurs propres intérêts. Les valeurs démocratiques ne peuvent plus être bafouées. Il est donc indispensable que le candidat choisi soit conscient de ses responsabilités et de ses devoirs envers le peuple qui le désigne. Je prie et souhaite qu’à l’issue de ce scrutin la personne choisie soit passionnée de liberté, d’honnêteté et de service. Il est crucial que ceux qui aspirent à être des dirigeants d’un pays souverain démontrent une vision d’un « leadership » éclairé. Cette vision consiste à relever les défis et prendre en considération les réalités d’un pays et des attentes d’un peuple qui a soif de sortir du marasme économique et de la tension sociale dans lequel il se trouve. Il est malheureux de constater que très souvent les manifestes électoraux ne semblent pas rassurer les plus démunis et les laissés pour compte (…) Il est impérieux que celui/celle qui sera appelé à diriger le pays soit capable de restructurer la société malgache pour qu’elle réponde de manière cohérente aux besoins d’une culture riche et combien importante dans tous les aspects de vie humaine (…) Ainsi, notre appel à la veille de ces élections est que les candidats à la présidence soient prêts à voir clairement les enjeux présents et que la République appartient à chaque malgache. Il faut que tous dans un esprit d’unité et de partage oeuvrent pour que Madagascar se débarrasse de toute forme de corruption et de fléau qui freine son développement. »