L’évêque de Maurice, Mgr Ian Ernest, invite dans son message de Noël à valoriser les valeurs essentielles à la vie de famille. Attention à ne pas contracter des dettes pour gâter les enfants, dit-il également.
« Je tiens à saluer la démarche de ces personnes, hommes et femmes qui, au sein d’organisations religieuses, non gouvernementales et gouvernementales, essaient d’encadrer les familles les plus vulnérables pour qu’elles retrouvent le goût de vivre ensemble. Il nous faut aussi encourager les membres de la famille élargie que sont les grands parents, oncles et tantes à apporter un soutien affectif additionnel aux couples de leurs familles et surtout aux personnes qui sont seules à élever leurs enfants. Ceci s’avère nécessaire vu que les parents sont très souvent pris par le travail et n’arrivent pas à donner le temps qu’il faut à leurs enfants », écrit-il.
Mgr Ian Ernest déplore que des parents n’hésitent pas à contracter des dettes pour satisfaire les désirs immédiats de leurs enfants. « Nous les gâtons sans nous en rendre compte car nous voulons être tranquilles. Ceci prive donc nos enfants d’un esprit de sacrifice où la réussite n’est atteinte que par le prix de l’effort. Et ceci ne nous mène pas à dire que les parents abdiquent de leurs responsabilités mais je crois qu’il y a plutôt une ignorance de leurs responsabilités qui donne lieu à des situations parfois confuses, parfois destructives ».
L’évêque de Maurice encourage les familles à revoir leurs priorités et à remettre le souffle de l’amour dans les différents aspects de leur vie : « Ce souffle engendre le respect, la patience, la tendresse, l’écoute, l’acceptation de l’autre tout comme l’ont démontré la Vierge Marie et Joseph dans ce récit de Noël. (…) Quand nos familles n’ont pas la capacité d’acquérir le bien, le bon et le vrai, nous nous privons de construire une société juste et libre. Cette incapacité fait que certaines familles vivent dans l’enfer de l’incompréhension, des insultes et de la violence. On sort de ces situations blessé et meurtri. Mais beaucoup tiennent à rester ensemble pour diverses raisons même si la vie est insoutenable. Je voudrais ici dénoncer cette situation déshumanisante et il faut que nous tous ensemble nous essayions d’apporter dans ces situations un espace de conversation qui favoriserait une harmonie familiale basée sur le pardon », poursuit-il.
« Ce pardon découle de notre générosité de donner à Dieu sa place dans nos vies. La générosité est un don gratuit de Dieu et si elle n’est pas présente dans nos familles nous ne pourrons pas faire face aux maux qui nous affligent et aux défis qui sont les nôtres avec courage et détermination ».
Mgr Ian Ernest conclut son message en soulignant que la fête de Noël « transcende les barrières religieuses et donne aux chrétiens la responsabilité de nous ouvrir à la possibilité de donner à chaque famille mauricienne la capacité de construire sa vie sur des valeurs spirituelles, sur la générosité de coeur pour que la confiance et la sérénité, règnent en nous et par nous ».