Depuis son plus jeune âge, Stéphano Duc rêve de devenir guide touristique. À 25 ans, après avoir parfait son expression orale en anglais comme en français, et baragouinant quelques mots d’italien qu’il apprend à travers la télévision, le jeune homme, employé comme « handy worker » au Morne Heritage Fund, assume le rôle de guide à temps partiel pour le compte de l’institution. Un rôle qu’il assume avec beaucoup d’enthousiasme. « Je ne m’attendais pas à une telle chance », affirme-t-il au Mauricien, qui le rencontrait à l’occasion d’une visite du lagon du Morne courant septembre.
Né dans une famille de Baie-du-Cap, Stéphano Duc a passé les premières années de sa vie dans le village du Morne, chez sa grand-mère. A l’âge de six ans, il rejoint ses parents à Baie-du-Cap avant d’aller vivre chez sa tante, à Coteau-Raffin. Pendant ce temps, il change d’établissement scolaire à plusieurs reprises. Stéphano Duc a fréquenté le primaire jusqu’en Standard IV. A 11 ans, il se joint à une école technique « pour apprendre un métier ». Il y reste deux ans. Par la suite, il enchaîne des petits boulots : jardinier à l’hôtel, maçon, menuisier, charpentier, aide mécanicien et aide électricien. Son rêve, toutefois, est de devenir guide touristique. Un rêve qu’il nourrit depuis l’âge de sept ans. A cette époque, il s’interesse aussi déjà aux autres. « Quand je voyais des touristes sur la plage, j’aimais bien leur parler. C’était mon premier contact avec des étrangers. »  
En 2009, cet aîné d’une fratrie de six enfants apprend que le MHF recrute. Peu confiant, puisqu’il n’a pas de certificat, mais fonceur, le jeune homme envoie sa lettre de motivation au bureau du MHF, à Réduit. « J’ai envoyé ma lettre le dernier jour par voie express. » Quelque temps après, il est convoqué dans le bureau de Réduit pour un entretien d’embauche. « J’étais très en retard à ce rendez-vous. J’avais râté le bus ensuite, je ne savais pas lequel prendre pour me rendre à Réduit. Je me suis dis : je vais y aller quand même car qui ne tente pas sa chance ne l’aura jamais. À ma grande surprise, on m’attendait, mais je ne pensais pas non plus que j’allais être pris. J’étais tétanisé parce que c’était mon premier entretien d’embauche formel, de surcroît pour un poste stable. »
Après six semaines, Stéphano Duc reçoit sa lettre d’embauche comme Handy Worker. Il fait partie des trois nouvelles recrues de l’institution. Tous trois reçoivent une formation pour comprendre ce site mauricien, chargé d’histoire et classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. « On a eu un briefing avec Jean-François Lafleur (Ndlr : Acting Site Manager au Morne Heritage Trust Fund). L’esprit vif, Stéphano Duc s’intéresse à tout ce qui se fait sur le site et répond toujours présent aux sollicitations. Avec la venue à Maurice de l’équipe d’archéologues de Krish Seetah fin 2009, il a l’occasion de découvrir et de s’intéresser de plus près à l’histoire du Morne. « Cela m’a fait très plaisir de travailler avec eux. » Passionné par l’histoire du site, qu’il connaît depuis son enfance, il poursuit son apprentissage et, depuis novembre 2012, il assure des visites du site à la demande du MHF. Une tâche qu’il exécute en y mettant du coeur, allant même jusqu’à émouvoir des visiteurs, selon certains témoignages.