Le ministre du Tourisme a indiqué hier au parlement que la Tourism Authority émettra bientôt un Green Certificate destiné aux hôtels qui font l’effort de promouvoir un tourisme écologique. « L’écologie doit faire partie de notre culture », a dit Michaël Sik Yuen, qui a salué les mesures contenues dans le Budget 2012.
Parlant de l’écotourisme qui prend de l’ampleur dans les autres pays et la nécessité de sensibiliser la population mauricienne à un changement de mentalité, Michaël Sik Yuen a indiqué que son ministère compte reprendre et accentuer différentes campagnes de sensibilisation, dont celle de « Dekole pa kole » lancée en 2008-2009. Se référant à l’intervention plus tôt du député Mahen Jhugroo sur le fait que le pays est sale et peuplé de chiens errants, le ministre a déclaré : « Je voudrais lui demander qui était son prédécesseur ? Qui a arrêté de financer la Cleaning Unit ? Qui a cessé le ramassage de chiens errants ? » Il a ajouté que la rigueur au niveau de notre environnement, le respect de certaines règles et le nettoyage de notre destination sont une nécessité aujourd’hui « et le Budget 2012 répond à ce besoin ».
Se basant sur des données statistiques, Michaël Sik Yuen observe qu’environ 200 millions de personnes sont engagées mondialement dans l’industrie du tourisme. Les projections pour les années à venir indiquent que le outbound tourism viendra majoritairement d’Asie et du Pacifique, croissant à un taux de 5 % annuellement et générant environ 17 millions d’arrivées supplémentaires par an sur le plan international, alors que l’Europe devrait suivre avec 16 millions d’arrivées supplémentaires à un taux plus modéré de +2,5 % annuellement.
En dépit de la crise économique, le tourisme, a souligné le ministre, maintient sa position de secteur clé de l’économie, tant mondialement qu’à Maurice. Notre industrie touristique, a-t-il poursuivi, a contribué à hauteur d’environ 13,2 % au PIB, les revenus bruts ont atteint quelque Rs 39 milliards et les arrivées 934 827 l’année dernière.
« This year gross earnings are expected to reach Rs 42.5 billion whilst the number of tourist arrivals is estimated at 980,000. As at 31 October 2011, we have already reached 764,999 tourists. The Tourism Industry employs around 75,000 people representing 14.2 % of total employment. Budget 2012 advocates the preservation and consolidation of the Industry so that it can maintain its position as one of the main engines of growth. »
Alors que le monde de la technologie a aussi changé le comportement des touristes, la destination mauricienne doit perpétuellement se réinventer afin de demeurer attractive, estime le ministre du Tourisme. D’où la création prochaine d’un département d’e-marketing à la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA), a-t-il annoncé.
S’agissant de la politique touristique, elle demeure axée sur la qualité, le niveau de service et l’hébergement. M. Sik Yuen a fait état d’un « lifting national du produit de la destination île Maurice » qui passera par : la formation, notamment des beach hawkers, des plaisanciers, des chauffeurs de taxis d’hôtels ; l’application du Code d’éthique ; la formation des jeunes désirant faire carrière dans l’industrie touristique ; la classification et l’exigence de références sérieuses des entreprises par la Tourism Authority qui mettra à disposition des « documents which would cover the minimum requirements and the grading criteria ».
Le ministre a aussi parlé du tourisme médical qui constitue une des attractions qu’offre notre île avec une arrivée de 11 000 personnes pour ce segment en 2010. Il a accueilli, entre autres, la révision de la MTPA qui était « long overdue », la subvention des coûts du billet d’avion pour Rodrigues jusqu’à fin 2012, le plan de soutien à la production cinématographique et celui destiné aux petites et moyennes entreprises. « Le ministre des Finances s’est acquitté avec brio d’une tâche complexe, empreinte de paradoxes : encourager la croissance, assurer la croissance et répartir le gâteau national dans une vision socialement équitable. »