Le contre-interrogatoire du chef inspecteur Luciano Gérard s’est poursuivi hier dans le cadre de l’affaire Michaela Harte. Selon le haut gradé de la MCIT, même si le rapport d’ADN exclut l’accusé No 1, l’enquête révèle qu’Avinash Treebhoowoon était dans la chambre 1025, le lieu du crime. Me Rama Valayden a exposé les « manquements » dans l’enquête policière, notamment concernant des statements qui n’auraient pas été pris.
Me Sanjeev Teeluckdharry s’est longuement appesanti hier, durant le contre-interrogatoire du chef inspecteur (CI) Luciano Gérard, sur le fait que des officiers de la Major Crimes Investigation Team (MCIT) auraient à plusieurs reprises refusé que l’avocat Ravi Rutnah rencontre Avinash Treebhoowoon alors qu’il était ce jour-là dans le bureau de cette équipe. Il a aussi souligné que lorsqu’il a pu entrer dans la pièce, l’accusé No 1 était « shaken and stressed ».
Avinash Treebhoowoon n’a, selon Me Sanjeev Teeluckdharry, pu prendre connaissance de ses droits constitutionnels, dont celui de garder le silence. L’avocat a poursuivi que les membres de la MCIT « au nombre de huit » auraient été à ce moment-là « furious » et l’auraient menacé, alléguant qu’il constituait un obstacle à l’enquête policière et qu’il serait arrêté. Le CI Gérard a nié toutes ces accusations. L’enquêteur a déclaré avoir lu en kreol les droits constitutionnels à l’accusé No 1 lors de l’interrogatoire du 12 janvier. Avinash Treebhoowoon, a-t-il précisé, a choisi de son plein gré de donner une déclaration en présence de son avocat. « As a matter of inquiry, have you tried to review your investigation in the light of the DNA report dated 15th March ? », a demandé Me Teeluckdharry. « I have not seen the report and I was not aware of the contents », a-t-il répondu.
Le CI Luciano Gérard a par ailleurs indiqué que même si le rapport ADN exclut l’accusé No 1, l’enquête a révélé qu’il était bien dans la chambre où Michaela Harte a été tuée. Poursuivant son contre-interrogatoire, Me Teeluckdharry lui a demandé si les cheveux et poils retrouvés dans l’eau de bain ont été analysés. Il a affirmé que oui mais qu’il n’était pas au courant des résultats. Il a cependant ajouté que les cheveux n’incriminent pas Avinash Treebhoowoon. Avez-vous fait une enquête pour savoir à qui ils appartenaient ? « Autant que je m’en souvienne, il s’agit de ceux de la victime », répond le CI Gérard sans préciser où il a obtenu cette information.
Après le long contre-interrogatoire du chef inspecteur par Me Teeluckdharry, Me Rama Valayden a pris le relais pour contre-interroger le témoin de manière plus concise. L’enquêteur principal dans l’affaire du meurtre de Michaela Harte a expliqué n’avoir pas enregistré ou assisté à la déposition de l’accusé No 2 Sandip Moneea.
Me Rama Valayden a demandé au CI de la MCIT s’il avait pris la déposition d’un certain Dinesh qui travaille comme infirmier à l’hôtel Legends et qui aurait été le premier « medical person » arrivé, après le crime, dans la chambre 1025 qu’occupait le couple irlandais. Luciano Gérard devait répondre par la négative. L’homme de loi lui a cité plusieurs noms – notamment ceux de deux shop assistants de l’établissement hôtelier et de locataires des chambres environnantes – et lui a demandé si des statements avaient été pris. Le policier a répondu par des « je ne sais pas ».
Me Valayden : Un couple allemand voulait donner, le jour du meurtre à 18 heures, des informations à la police mais ils ne parlaient ni anglais ni français…
CI Gérard : Personne ne m’en a informé.
Répondant aux questions de l’avocat, le CI Gérard a confirmé l’utilisation de carte magnétique pour toutes les portes des chambres du Legends. Le policier a ajouté qu’un membre de son équipe avait demandé au responsable de la sécurité des relevés de ceux qui étaient rentrés ce jour là dans la chambre 1025. Me Rama Valayden lui a également demandé si la police avait pris les readings de la porte de la chambre 1028, mais le chef inspecteur a répondu que les données n’ont pu être récupérées, l’appareil étant endommagé.
« All happened in 46 minutes… »
Me Rama Valayden a par la suite interrogé le témoin à charge sur la réception de readings des 198 chambres du Legends le 12 janvier. Ce à quoi il a déclaré avoir uniquement demandé les données des chambres de luxe. L’avocat a aussi parlé du système CCTV de l’hôtel en demandant au haut gradé de la MCIT s’il avait visionné les cassettes. Le CI Gérard a expliqué ne l’avoir pas fait personnellement mais que les constables Marimootoo et Doomun se sont attelés à la tâche. L’avocat de l’accusé No 2 a indiqué que l’intégralité des cinq endroits surveillés fait environ 60 heures.
Selon Me Rama Valayden, la dernière personne qui aurait vu Michaela Harte en vie serait le Restaurant Supervisor Marc L’Olive à 14 h 40. Il a précisé que la porte de la chambre 1025 a été ouverte à 15 h 26. « All happened in 46 minutes », soutient l’avocat.
Revenant sur l’épisode des biscuits, le CI Gérard a affirmé ne pas savoir si des biscuits et le reçu ont été retrouvés par les employés d’hôtel dans la chambre 1025. Un bikini rouge aurait également été retrouvé sur les lieux qui n’avaient pas été secured par la police. Le témoin a répondu par la négative mais l’avocat s’est tourné vers la cour pour déclarer qu’il appellera un témoin pour confirmer ses dires.
Me Valayden : Are you aware that a multicolored belt was found and secured by a security officer ?
CI Gérard : No.
Avinash Treebhoowoon et Sandip Moneea comparaissent depuis deux semaines devant les assises dans un procès intenté par le directeur des poursuites publiques (DPP) pour le meurtre de Michaela Harte. L’Irlandaise a été assassinée le 10 janvier 2011 entre 14 h 40 et 15 h 26 dans sa chambre à l’hôtel Legends de Grand-Gaube alors qu’elle était en lune de miel avec son époux John Mc Areavey. Ses deux assassins présumés sont des employés de l’hôtel.
Me Sanjeev Teeluckdharry représente Avinash Treebhoowoon alors que Sandip Moneea est défendu par Mes Rama Valayden, Rouben Mooroongapillay, Siven Tirvassen, Neelkanth Dulloo et Arassen Kallee. La poursuite est composée de Mes Medhy Nanrakhan, Nataraj Muneesamy et Chitra Servansing-Bhuruth.