Michel Chiffonne, candidat au N° 17 (Curepipe/Midlands) sous la bannière de Rezistans ek Alternativ pour les prochaines élections générales, affirme qu’« il faut s’assurer que la réforme électorale soit bien faite avec l’élimination du Best Loser System ».
Assistant Project Coordinator au Centre for Alternative Research And Studies (CARES) à Moka, Michel Chiffonne est un des membres fondateurs de Rezistans ek Alternativ. Âgé de 33 ans, le jeune homme décide, au lendemain des émeutes de 1999, de se joindre à Lalit et de faire de la politique « pour lutter contre l’injustice et le communalisme ». Il poursuit : « Avec des amis, j’ai été victime de brutalités policières alors que j’avais 19 ans. J’ai vite réalisé que seul le pouvoir peut faire changer les choses, et le pouvoir, c’est la politique. » En 2004, lors de la scission au sein de Lalit, il fonde Rezistans ek Alternativ avec ses camarades démissionnaires et adopte le courant écosocialiste, en plein essor sur le plan international. Notre interlocuteur indique que le parti est d’abord un mouvement d’émancipation et non un mouvement électoraliste.
« Les élections font partie du processus démocratique. Nous ne sommes pas contre, mais nous ne croyons pas que ce soit la seule manière de changer les choses. Nous sommes affiliés à des organisations alternatives à travers le monde. » Il poursuit : « Nous sommes là pour faire une transition, car l’enjeu de ces élections est grand. Si on est arrivé ici aujourd’hui, avec entre autres l’alliance PTr/MMM qui demande à l’électorat de voter pour une réforme électorale, c’est suite à notre action menée jusqu’aux Nations Unies. Nous demandons à l’électorat de nous donner une voix dans chaque circonscription pour pouvoir aller au Parlement et nous assurer que la réforme électorale se fasse comme il se doit. Il ne faut surtout pas que l’alliance PTr/MMM ait une majorité de 3/4 pour concrétiser ce projet de IIe République, qui est dangereux et antidémocratique. La réforme électorale doit être non-communale et doit être démocratique et mener vers une décentralisation du pouvoir vers le peuple. »
Michel Chiffonne souligne que Rezistans ek Alternativ souhaite jouer son rôle d’opposition comme il se doit en alertant l’opinion publique et en organisant des manifestations de rue si le besoin se fait sentir pour poursuivre son action d’émancipation auprès de la population. Aussi, le parti souhaite apporter sa vision écologique au Parlement.
L’année prochaine, annonce-t-il, Rezistans ek Alternativ lancera sa première coopérative solaire citoyenne. « Nous voulons nous assurer que les partis démocratisent la production énergétique, que Maurice fasse cette transition comme il se doit et qu’on atteigne la production de 35% d’énergie sur le réseau national. » La sécurité alimentaire dans une économie solidaire est une autre priorité du parti.