La série d’arrestations et d’inculpations provisoires dans l’enquête du Central CID pour le délit de diffamation criminelle contre le leader du MSM et son épouse Kobita Jugnauth se poursuit. Très tôt ce matin, l’ancien magistrat Raj Pentiah et candidat de l’Alliance PTr/MMM dans la circonscription de Piton/Rivière-du-Rempart (N° 7), a été appréhendé à son domicile par une escouade du Central CID. Placé en état d’arrestation, il subit une séance d’interrogatoire serré au sujet de la diffusion de l’enregistrement de la conversation présumée avec le leader de l’Alliance Lepep et Premier ministre, sir Anerood Jugnauth. C’était lors du dernier meeting de l’Alliance PTr/MMM à Rivière-du-Rempart à la veille du scrutin du 10 décembre. Il devient de plus en plus évident que l’ancien Premier ministre et leader du Parti travailliste, Navin Ramgoolam, et le vice-président désigné de la IIe République avortée, Jayen Cuttaree, présents à ce meeting électoral, devront se pointer au QG du Central CID dans les premiers jours de la nouvelle année.
La quatrième inculpation provisoire, après celles du couple Ramnarain et de Mahen Utchanah, Campaign Manager de l’Alliance PTr/MMM au N° 7, devra intervenir au plus tôt cet après-midi à moins qu’avec la durée de la séance de Questioning du suspect Pentiah, une nuit en cellule policière ne se présente pas comme une option à écarter. L’ancien magistrat reconverti en politicien le temps de la dernière campagne a eu une véritable douche froide ce matin en voyant débarquer à sa résidence des membres du Central CID exécutant un mandat d’arrêt.
D’abord, les enquêteurs de la Special Cell, s’occupant de cette enquête sous la supervision de l’assistant commissaire de police Heman Jangi, ont procédé à une perquisition en bonne et due forme de son domicile en quête de pièces à conviction pour les besoins de cette enquête. Le CPU avec le hard disk de l’ordinateur personnel du candidat a été saisi par la police et remis aux spécialistes de l’IT Unit pour une Forensic Analysis complète.
Raj Pentiah, qui a retenu les services de Me Yatin Varma, devait être confronté aux propos qu’il a tenus lors de ce rassemblement électoral par rapport aux membres de la famille Jugnauth et également en relation avec la teneur de la bande d’enregistrement diffusée, annoncée comme « enn sirpriz » par Mahen Utchanah. À la mi-journée, aucune confirmation officielle n’était disponible quant à la marche à suivre dans cette affaire de diffamation criminelle. « Questioning is in progress. We’ll have to wait and see », faisaient comprendre les milieux proches des enquêteurs, sans aucun autre détail disponible si l’ancien magistrat sera présenté devant un magistrat pour une éventuelle inculpation provisoire ou autre.
Entre-temps, d’autres éléments du Central CID poursuivent la retranscription de la bande d’enregistrement des interventions des divers politiciens à Rivière-du-Rempart ce jour-là. À partir de là, le choix de la convocation des politiciens suspects est effectué et au rythme où vont les choses aux Casernes centrale, l’heure sonnera-t-il bientôt pour le Premier ministre et leader du Parti travailliste et pour le vice-président de la République désigné du PTr/MMM ?
À ce stade, il est extrêmement difficile de prévoir si Navin Ramgoolam sera entendu Under Caution avant la fin de cette année, soit demain, ou encore dans les premiers jours de 2015, notamment la semaine prochaine. Les deux autres candidats de l’Alliance PTr/MMM aux dernières élections générales, en l’occurrence Jayprakash Meenowa et Mahen Gungapersad, pourraient également être interrogés au même titre que l’ancien magistrat Raj Pentiah.
Cette première étape de l’enquête du Central CID, initiée suite à une déposition de Pravind Jugnauth, de cette conversation alléguée postée sur YouTube à la fin de la campagne électorale sera bouclée avec le come-back du candidat du MMM, Pradeep Jeeha. Celui-ci a évité une inculpation provisoire suite à des objections de ses conseils légaux quant à l’origine ou encore l’authenticité de la bande.
Aux Casernes centrales, l’on confirme que Pradeep Jeeha devra être de nouveau entendu, mais sans précisions quant à la date de convocation. De son côté, Madhukar Ramnarain, présenté comme étant celui qui aurait enregistré les propos de sir Anerood Jugnauth en son domicile à son insu, a soutenu que « cette affaire s’apparente à une pure fabrication ».
L’enquête policière se poursuit…