Microsoft met ses clients en garde contre la menace que représentent les logiciels malveillants liés aux produits piratés. Ayant constaté que la faille de sécurité peut engendrer des dommages financiers, la compagnie s’efforce de sensibiliser le public contre les logiciels contrefaits, et ce en prodiguant des conseils par le biais d’un site internet.
Une étude intitulée « le lien entre les logiciels piratés et les failles de sécurité », menée conjointement par l’IDC et l’Université de Singapour (NUS), a démontré qu’en 2014, les firmes auront à débourser près de USD 500 milliards à travers le monde, et ce en raison des problèmes occasionnés par les programmes malveillants volontairement introduits dans les logiciels piratés. De ce chiffre, USD 127 milliards seront dépensés pour les problèmes de sécurité et USD 364 milliards pour le piratage de données. Il a aussi été constaté que les consommateurs devraient gaspiller plus de USD 25 milliards et « débourser 1,2 milliards d’heures » cette année pour traiter les menaces de sécurité et la « réparation » d’ordinateurs en raison des logiciels piratés.
Il est également rappelé qu’une défaillance dans le système de sécurité du logiciel peut entraîner la perte de données, mais aussi le détournement d’e-mails ou de comptes de réseaux sociaux, voire même le détournement de comptes bancaires. Ayant conscience du risque que comportent les logiciels piratés, Microsoft fait donc une campagne afin de sensibiliser ses clients sur la question. « Chez Microsoft, nous comprenons que les victimes du piratage informatique sont souvent des clients ordinaires à la recherche d’une bonne affaire qui, au final, paient le prix fort ce qui se révèle être un produit piraté rempli de logiciels malveillants. C’est pour cela que Microsoft rappelle à ses clients de “Play it Safe”, autrement dit de ne pas prendre de risques. Posez des questions, regardez attentivement l’emballage, méfiez-vous des offres qui sont “trop belles pour être vraies” et exigez des logiciels authentiques. Cela vous garantira d’avoir ce pour quoi vous payez et protégera votre famille et votre entreprise de la menace que représentent les logiciels malveillants associés aux produits piratés. Pour de plus amples informations sur ce sujet, rendez-vous sur le site howtotell.com », déclare Marius Haman, Microsoft Digital Crimes Unit’s Lead pour la région d’Afrique subsaharienne et les îles de l’océan Indien. Déterminé à protéger ses consommateurs, Microsoft invite ses clients à visiter le site microsoft.com/security. Ce lien leur permettra de s’informer sur les programmes malveillants et de s’assurer que leur machine n’est pas infectée. Et si des programmes malveillants sont présents, le site propose des outils afin de s’en débarrasser.
David Finn, directeur général du service juridique du Microsoft Cybercrime Center, souligne que les cybercriminels profitent de toutes les failles de sécurité qu’ils peuvent trouver et causent ainsi des « dommages financiers désastreux pour tout le monde ». Propos que rejoint John Grantz, directeur de recherche à l’IDC. Ce dernier fait ressortir : « Utiliser des logiciels piratés, c’est un peu comme traverser un champs de mines : vous ne savez jamais quand vous allez tomber sur une mauvaise surprise, mais quand cela arrive, ça peut être dévastateur. Les risques financiers sont considérables et les pertes potentielles peuvent laisser des entreprises, auparavant rentables, en très mauvaise posture. Acheter un logiciel légalement coûte moins cher sur le long terme. Au moins, vous savez que vous n’aurez aucun “cadeau empoisonné” sous la forme d’un programme malveillant. »