Me Rashad Daureeawoo (SC), président de la Middle Temple Association (Mauritius), est catégorique : « Les charges provisoires doivent être abolies ! ». Rappelant que ce système est toujours utilisé à Maurice, il a souligné hier, lors d’une conférence de presse à la Henessy Tower, qu’il « crée beaucoup de souffrances et d’injustices ». Le problème des charges provisoires ainsi que la situation au sein de la force policière ont aussi été abordés. Pour l’association, le Police and Criminal Evidence (PACE) Bill, qui sera amené à revoir ce système « abusif » de charges provisoires, doit être promulgué « au plus vite ».
Me Rashad Daureeawoo déplore le fait que le PACE Bill, rédigé avec l’assistance de Me Geoffrey Rivlin, QC, délégué par le Commonwealth Secretariat, semble être « au point mort » et qu’en raison des « dégâts » que cause la charge provisoire, une « loi-cadre est nécessaire » pour pallier ces manques. Il indique que cette loi « mettra l’accent sur les pouvoirs d’arrestation » de la police. Me Daureeawoo soutient que sous la pression populaire, les policiers « empruntent des raccourcis » pour arrêter les suspects sur la base d’allégations, et ce « sans aller chercher des témoins ou des preuves concrètes », ajoutant que les charges provisoires se retrouvent « dans les mains de personnes qui en abusent ». Il n’a pas manqué de rappeler les « souffrances » endurées par ceux inquiétés par la justice uniquement sur la base d’allégations, soutenant que les droits des suspects ne sont pas souvent respectés. « Cela nous montre qu’aucune réparation ou compensation ne peut effacer ce qu’ils ont enduré. »
Il a par ailleurs indiqué que la police « manque de formation sur la culture des droits de l’homme », ajoutant avoir appris que des cours en droits humains leur étaient dispensés mais que « cela ne suffit pas ». Me Daureeawoo est ensuite revenu sur les cas de suicide au sein de la force policière, indiquant que les officiers de police devraient bénéficier d’un support psychologique.
De même, il a lancé un appel au commissaire de police pour que soit revue la situation « pitoyable » dans les cellules d’incarcération. « Il faut qu’il fasse un tour dans ces cellules pour voir à quel point il y a un manque d’hygiène, mais aussi de ventilation. Il faudrait qu’il y ait les « basic human condition and amenities » afin que les détenus ne soient pas traumatisés. »
Me Daureeawoo est ainsi d’avis « qu’il est grand temps d’abolir les charges provisoires » et d’arrêter de procéder à des arrestations sur la base d’allégations, dressant un tableau noir du nombre de charges provisoires qui ont été rayées en raison de manque de preuves. À noter qu’il était accompagné lors de ce point de presse d’autres membres de l’association, à savoir Me Doordarshini Busgeet, secrétaire, ainsi que Mes Paul Chong Leung et Priya Tiwari.