Pour éviter de passer par des agences, certaines universités ont préféré ouvrir des branches à Maurice. C’est le cas notamment de la Middlesex University, qui offre des cours sur place depuis 2010. Le Directeur de la branche mauricienne de la Middlesex University, le Professor Antony Eddison, s’explique sur cette démarche.
?Pourquoi la Middlesex University a-t-elle ouvert une branche à Maurice ?
?Cela fait partie de notre stratégie d’expansion à travers le monde et Maurice est un pays où règne la stabilité politique et sociale. Maurice a aussi une position stratégique, entre l’Asie et les pays africains. En ce moment, nous étudions aussi la possibilité d’ouvrir des branches à Gibraltar, en Chine et en Inde.
?Il y a déjà plusieurs institutions supérieures à Maurice, comment faites-vous pour vous démarquer ?
?La Middlesex University est la première université anglaise sur le territoire mauricien. La similitude dans la structure de nos cours à travers nos campus internationaux, notamment à Londres, Dubaï et à Maurice, fait que nous arrivons à nous démarquer. De plus, nous offrons à nos étudiants le choix d’étudier sur nos différents campus, ce qui les aidera à avoir une expérience vraiment internationale.
?Quelles sont les formations que vous proposez ?
?Nous avons notre International Foundation Programme (IFP). Pour les undergraduate studies, nous avons les BA Honours en Advertising, Public Relations and Media Business ; Accouting and Finance ; Business Management ; Bachelor of Laws ; Information Technology and Business Information Systems ; International Tourism and Hospitality Management et Psychology with Counselling Skills.?Nous avons également trois formations de niveau post graduate, à savoir MA Education, MSc Business Information Technology et Msc Computer Networks.?À partir de janvier 2013, nous prévoyons d’offrir un plus grand choix de postgraduate courses, notamment la Middlesex University MBA.
?D’où viennent vos étudiants ?
?La moitié de la population estudiantine actuelle est d’origine africaine, principalement du Nigeria et du Kenya. Avec les récentes augmentations des coûts pour étudier au niveau tertiaire au Royaume-Uni et en Europe, étudier à Maurice est de plus en plus considéré comme un moyen très avantageux d’obtenir un diplôme de qualité d’une université anglaise, tout en bénéficiant en même temps des nombreux attraits de l’île Maurice.
?Certains étudiants étrangers ont fait part de leurs difficultés d’adaptation au ministre Jeetah récemment, qu’avez-vous à dire à ce sujet ?
?Le projet du gouvernement visant de faire de l’île Maurice un Educational Hub fait de sorte que nous ayons un grand nombre d’étudiants étrangers. De ce fait, il faut s’assurer au préalable, en collaboration avec les autorités concernées, que nous offrons les facilités nécessaires à réaliser ce projet. Nous nous devons de pouvoir répondre à leurs attentes en termes d’hébergement, de loisirs et de transport en commun.?Il faut préciser que nous sommes au tout début de ce projet d’Educational Hub. Ces critiques doivent êtres accueillies comme des recommandations pour améliorer les infrastructures, les facilités et les lois à Maurice pour atteindre la vision du gouvernement.
?Comment pouvez-vous garantir que le niveau des cours offerts ici est le même qu’en Angleterre ?
?Comme je l’ai mentionné, la similitude dans nos cours est dans notre teaching quality, qui est du même niveau que celle de l’Angleterre. Tout comme il y a la Tertiary Education Commission (TEC) à Maurice, qui accrédite les formations et s’assure que les institutions respectent le niveau nécessaire, en Angleterre, la Quality Assurance Agency for Higher Education QAA fait de même. Vu que nous sommes le campus de la Middlesex University à Maurice, nous sommes annuellement accrédités par la TEC à Maurice et par la QAA en Angleterre. Cela, afin d’assurer que notre niveau est respecté sur tous nos campus à travers le monde.