Source : Portal of MIE

Il avait postulé pour le poste de chargé de cours au Mauritius Institute of Education (MIE) en décembre 2017. Mais à sa grande surprise, ses qualifications et son expérience dans l’enseignement ne lui ont pas valu le poste. Selon le Dr Vishal Jaunky, une candidate inférieure à son grade a été choisie. Ayant juré un affidavit en Cour suprême la semaine dernière, il demande une révision judiciaire afin que justice soit faite. Le cas est appelé en cour ce lundi.

Dans son affidavit, cet habitant de Curepipe et enseignant en économie au collège d’État Forest- Side (garçons) avance que l’offre d’emploi publiée en décembre de l’année dernière stipulait que la priorité serait accordée aux candidats ayant les qualifications « plus élevées et appropriées » en pédagogie.

Et selon le document, le Dr Vishal Jaunky est détenteur d’un doctorat en économie et a fait un “postdoc” à l’université Lulea, en Suède. « Irrational and unfair » De plus, il a été chargé de cours à plein-temps à l’université de Maurice. Il a même enseigné à l’université de technologie, à l’Open University et au Charles Telfair Institute, contrairement à la candidate choisie qui, selon lui, n’a qu’une maîtrise en économie et ne possède pas de compétences poussées dans l’enseignement. En effet, ils étaient trois candidats qui avaient été retenus pour le poste. Il fait ressortir dans le document que la candidate choisie a travaillé comme enseignante dans un collège privé pendant six mois pour ensuite se joindre à la Competition Commission of Mauritius.

Comparant ce qu’il détient comme qualifications et expérience à celle qui a été choisie au poste de chargé de cours à la MIE, le Dr Vishal Jaunky soutient que la décision du MIE et du ministère de l’Éducation est « irrational and consequently unfair, unjust and unreasonable in Wednesbury sense by disregarding the principles of merit inasmuch as Respondents have selected Co-Respondent No 1 who is less qualified than me, and has no pedagogical experience and less relevant work experience than me ». Il ajoute qu’il y a abus de pouvoir dans l’exercice de recrutement. Le Dr Vishal Jaunky souligne que le MIE ne l’a même pas informé qu’il n’avait pas été retenu pour le poste et que ce n’est qu’en juin de cette année qu’il a appris, à travers un collègue, qu’une autre personne avait été retenue pour le poste. Il fait ressortir également que son interview s’était très bien déroulée et qu’il attendait la décision du MIE.

Ayant pris connaissance de cette décision, il dit avoir envoyé un courriel le même jour mais sans aucune réponse. De ce fait, il a envoyé une lettre au MIE quatre jours après, dont une copie a été envoyée au ministère du Travail le même jour. L’enseignant y mentionne que son cas a été envoyé à la section Conciliation and Mediation de ce ministère et dit avoir été présent lorsqu’il a été appelé, affirmant toutefois que le ministère de l’Éducation ne peut renverser la décision du MIE.

Outre la candidate qui a obtenu le poste de chargé de cours au MIE, l’autre candidate sur la liste détient également une maîtrise mais n’a aucune expérience pédagogique. Se disant lésé malgré ses qualifications et son expérience dans l’enseignement, le Dr Vishal Jaunky réclame qu’une révision judiciaire soit accordée par la Cour suprême pour que la lumière soit faite sur toute l’affaire.