La convention de financement portant sur une enveloppe d’aide d’un montant d’un million d’euros (Rs 40 M), destinée à la formation professionnelle, a été signée mercredi par le secrétaire financier Dev Manraj, l’ambassadeur de France Laurent Garnier et la directrice de l’agence locale de l’AFD Laurence Breton-Moyet.
Cette convention fait suite à l’accord signé entre la France et Maurice en septembre 2008 relatif au séjour et à la migration circulaire des professionnels. Ce volet de l’accord, financé sur le budget du ministère français de l’Intérieur, est doté d’un million d’euros de subventions et prévoit notamment la mise en oeuvre, à Maurice, de projets destinés à dynamiser et moderniser le secteur de la formation professionnelle et de l’emploi, notamment par la formation des formateurs, la création d’un centre de formation professionnelle, la mise à niveau de centres existants à travers des appuis en termes d’assistance technique ou en achat de bien d’équipements. La gestion de cette subvention a ainsi été confiée à l’Agence française de développement (AFD).
Selon l’AFD, cette convention est un aboutissement après plus de deux ans de discussions visant à renforcer l’offre de formation professionnelle à Maurice et offrir ainsi un choix de qualification adapté au marché du travail, notamment aux jeunes et aux femmes, particulièrement touchés par le chômage. « L’économie en perpétuelle évolution appelle une dynamique et une souplesse particulière du dispositif de formation professionnelle, qui doit être au plus proche des préoccupations des employeurs », fait ressortir Laurence Breton-Moyet.
Selon la directrice de l’AFD, à Maurice, les enjeux sont vastes, et ce programme permettra de toucher quelques-uns des enjeux majeurs à travers quatre grandes composantes, à savoir : 1) le refinancement des équipements de l’école hôtelière Sir Gaetan Duval et d’une unité de formation en joaillerie au MITD à hauteur de 150 000 euros; 2) le financement d’une étude de faisabilité pour le développement d’un modèle économique, afin de permettre au MITD de devenir un “hub” régional de formation de formateurs à hauteur de 50 000 euros; 3) la formation à la gestion du risque du personnel de la Mauritius Ports Authority à hauteur de 100 000 euros; et 4) la mobilisation d’assistances techniques sur les questions de planification stratégique en terme d’adéquation compétences/emploi à hauteur de 700 000 euros.
L’AFD sera à nouveau associée à l’école hôtelière Sir Gaëtan Duval. L’Agence (anciennement Caisse de Coopération) avait soutenu le gouvernement mauricien pour la construction de la nouvelle école hôtelière dans les années 90. « Cet investissement a d’ailleurs beaucoup rapporté au secteur du tourisme et à l’économie mauricienne. Nous sommes heureux aujourd’hui d’accompagner le MITD dans la rénovation de cette école et de l’unité de joaillerie. »  La seconde composante vise à aider le MITD à concrétiser son ambition de devenir un “hub” régional de formation. « Maurice est dotée de nombreux atouts, comme le bilinguisme, un savoir-faire d’excellence sur certains métiers, tel le tourisme, ainsi qu’une stabilité et un cadre de vie attractif. » L’enveloppe permettra ainsi de financer l’étude de faisabilité afin d’identifier le modèle économique adapté – et proposant notamment les retombées les plus importantes pour un coût budgétaire limité – pour transformer le MITD en un “hub” régional. La troisième action concerne un programme de formation dédié au personnel de la MPA. L’AFD est un partenaire du développement portuaire à travers plusieurs opérations et cofinance, notamment avec la Mauritius Ports Authority (MPA), l’extension du terminal à conteneur. L’AFD, en accord avec les autorités mauriciennes, a décidé d’affecter une enveloppe de 100 000 euros pour former le personnel de la MPA à la gestion du risque en terme de sureté et de sécurité du personnel.
Enfin, une partie importante de l’enveloppe permettra de renforcer la planification stratégique, les politiques publiques en matière de formation professionnelle et de dynamiser la préparation de plusieurs projets en gestation. Plusieurs études de faisabilité sont ainsi prévues pour passer d’idées en projets concrets avec, notamment, l’appui à la création d’un lycée agricole à Rodrigues et la création de dispositifs de formations dédiés aux métiers verts.