La deuxième édition du Mauritius International Knowledge Investment Forum (MIKIF) s’est ouverte ce matin au Hennessy Park Hotel à Ébène en présence de plusieurs responsables d’institution d’enseignement supérieur et chanceliers d’université. Cette initiative du Board of Investment présente Maurice comme une destination où l’on peut investir dans l’éducation. L’année dernière, plusieurs partenariats, notamment avec l’école Vatel et la YK Business School, ont pu être conclus grâce à cette rencontre.
Le Board of Investment (BOI) tient actuellement la deuxième édition du MIKIF qui vise rendre plus visible les opportunités d’investissements et les nouveaux développements dans le secteurs de l’éducation. En 2012, ce forum avait vu la participation de plus de 300 délégués. Cette année encore, des professionnels et investisseurs potentiels ont fait le déplacement à Maurice en vue d’analyser les opportunités.
Le MIKIF, qui prend fin demain, devrait déboucher sur de nouvelles stratégies pour 2013. Le BOI, qui s’est lancé dans la démarche de créer le climat qu’il faut pour attirer des investissements en ce sens, compte aussi organiser cette année une série de roadshows dans d’autres pays afin de présenter Maurice où de nombreuses institutions étrangères de renom ont posé leurs valises. La première tournée s’effectuera en mars en Tanzanie et au Ouganda avec la collaboration du ministère de l’Éducation tertiaire. L’équipe se rendra ensuite en juin en Inde et au Pakistan.
Lors de son intervention ce matin, le Managing Director du BOI s’est appesanti sur l’importance d’exploiter ce créneau. « Investing in education creates a multiplier effect », a soutenu Ken Poonoosamy. Il a aussi déclaré que l’économie d’un pays dépend beaucoup de la qualité de son éducation.
Le Managing Director du BOI s’est dit satisfait des résultats du premier forum. « Grâce au MIKIF 2012, nous avons réussi à placer Maurice comme destination de qualité pour des études supérieures. Ce qui a débouché sur plusieurs partenariats avec l’ouverture de plusieurs institutions comme la YK Business School et l’école Vatel. »
Cette démarche, poursuit Ken Poonoosamy, a aussi permis aux établissements locaux de développer des collaborations avec des institutions étrangères. Le Managing Director du BOI s’attend cette année à un investissement de Rs 5 milliards dans l’éducation.
Le ministre de l’Éducation tertiaire Rajesh Jeetah a pour sa part fait une présentation du paysage tertiaire à Maurice. Il a rappelé que le pays, qui a débuté dans le secteur en 1965 avec l’Université de Maurice, compte aujourd’hui plus de 70 institutions privées et publiques.
Selon une étude de l’UNESCO, a soutenu le ministre, en 2025 près de 8 millions d’étudiants voyageront à travers le monde pour des études. Maurice, a souligné Rajesh Jeetah, devra tirer avantage de cette situation. Il a aussi souligné que ce n’est pas une simple question de quantité, mais aussi de qualité. Ce sera, a-t-il précisé, la responsabilité des régulateurs de veiller à ce que tout est conforme aux règlements. Il a aussi fait état de différents aspects qui devront être développés afin d’attirer encore plus d’étudiants étrangers.