Des détenus de la prison centrale de Beau-Bassin participent actuellement à des matchs de football dans l’enceinte de ce centre de détention dans le cadre de la Coupe du Monde 2014. Douze équipes portant le nom de pays participant au Mondial 2014 au Brésil ont été constituées.
Depuis le jeudi 12 juin, plusieurs matchs ont été joués. Le lancement a été effectué par le Commissaire des Prisons Jean Bruneau. Les gagnants seront qualifiés pour la prochaine ligue qui comprendra deux groupes de trois équipes chacune. Les équipes en première et seconde positions dans chaque groupe joueront pour les demi-finales les 7 et 8 juillet et la grande finale est prévue pour le 11 juillet. En marge de cet événement, des facilités additionnelles ont été mises à la disposition des détenus, notamment l’accès à l’information et la retransmission de tous les matchs qui ont été joués pendant la Coupe du Monde à travers la radio, la télévision et la presse.
Selon le Commissaire des Prisons, cette initiative permet aux détenus non seulement de gérer leur temps d’une façon positive mais aussi d’adopter un style de vie sain à travers la pratique du sport. « Les détenus pourront ainsi maintenir une communication avec l’extérieur, ce qui leur donnerait le sentiment qu’ils sont toujours des membres de la société et qu’ils ne sont pas marginalisés », avance Jean Bruneau.
Le développement des activités sportives en milieu carcéral constitue un enjeu majeur de l’administration pénitentiaire. En effet, le sport en prison est l’un des outils pour accompagner le détenu pendant son incarcération. Par ailleurs, l’exercice physique joue sur la psychologie du détenu, sur son moral et facilite autant que possible l’acceptation de la privation de liberté. Le sport et la culture sportive en général permettent de recréer le lien social et de favoriser l’insertion sociale et professionnelle.
La pratique du sport en détention permet à la population carcérale, autour d’activités collectives obéissant à des règles acceptées, de se reconstruire une image valorisante, de rechercher un équilibre physique et psychique et de contribuer à la réinsertion sociale permettant de lutter contre la récidive. Les activités physiques et sportives au sein des établissements pénitentiaires se révèlent ainsi positives sur plusieurs aspects, notamment le quotidien des personnes détenues et leur réinsertion.