Les employés de l’usine Candytex située à Ruisseau-Rose à Montagne-Longue sont révoltés. Ce matin, ils se sont regroupés et se sont rendus au bureau du ministère du Travail pour déposer une plainte contre leur employeur, Anil Joyram. Selon la porte-parole du groupe, Medha Allomun, tous les employés n’ont pas reçu leur salaire du mois d’octobre, l’overtime du mois de septembre et une partie de la paye d’avril uniquement qui se chiffre autour de Rs 2 300 pour les 53 Mauriciens employés de cette usine. Sans oublier le salaire que l’employeur doit à chaque employé selon ses fonctions dans l’usine. « Il y a 51 employés qui viennent du Bangladesh et 19 Malgaches qui sont aussi dans l’attente de leur salaire. » Medha Allomur et le petit groupe d’employés de Candytex, présents ce matin au bureau du ministère du Travail, racontent que leur employeur, Anil Joyrum, les a avisés le vendredi 20 novembre qu’il n’était plus le propriétaire de l’usine. La raison donnée étant que « li ne pli ena kas dan labank ek ki MPCB finn repran lizinn-la ek ki apartir 20 novam, ni li ni so garson Vashil ne pli propriyeter ou employer dan lizinn Candytex. Il nous a fait comprendre que c’est la banque qui va envoyer de nouveaux administrateurs et ce sont les nouveaux actionnaires qui vont nous payer. Nou pa le sa, Anil Joyrum finn anploy nou, li ki bizin pey nou lasier travay. »
Lors de leur rencontre ce matin avec un des préposés au ministère du Travail, raconte Medha Allomun, celui-ci leur a demandé d’adhérer à « un workfare program du ministère, car leur employé a déjà fait part du breech of contract. On nous a dit que c’est le gouvernement qui va contribuer une somme d’argent jusqu’à ce qu’on ait un travail. Nou lans enn appel M. Anil dir li rann nou nou l’arzan, nou finn travay. »