Les débats sur le discours-programme se sont poursuivis hier après-midi avec des voix essentiellement féminines, notamment celles des ministres Mireille Martin et Sheila Bappoo et de la PPS Aurore Perraud. Les trois intervenantes ont tour à tour blâmé sévèrement l’opposition pour leur absence dans ces débats en la qualifiant de « prophètes de malheur » et de « faux prédicateurs ». Durant cette tranche, le speaker Kailash Purryag a clairement fait comprendre qu’il n’autorisera aucune remarque sur des déclarations et faits politiques extraparlementaires, rappelant à l’ordre à deux reprises Mme Martin.
La ministre de l’Égalité des genres a adopté durant le premier quart d’heure de son intervention un ton très politique et très virulente envers l’opposition. Mireille Martin a désigné ses anciens camarades du MSM d’« opposition transfuge ». « Nous avons affaire à une opposition de médisance, de rumeurs, de conférence de presse et qui tombe dans la bassesse. Par son absence, elle montre très peu de respect envers elle-même, envers l’institution et envers le peuple. Elle fuit devant ses responsabilités… L’opposition MMM et l’opposition transfuge MSM ont-elles eu un mandat pour siéger en dehors du parlement ? » s’est-elle demandée.
S’agissant du discours-programme, la ministre trouve que ce qui a été annoncé est une consolidation des government policies dans différents secteurs. « The government is coherent and we are on the right track », a souligné Mireille Martin. Elle s’est attardée sur l’éducation qui, estime-t-elle, est un secteur où le pays a fait un bond remarquable en termes de développement en rappelant les différentes mesures prises par le gouvernement au niveau du préscolaire, primaire, secondaire et tertiaire qui vont dans la direction d’une amélioration du système éducatif.
La ministre conteste les commentaires faits la semaine dernière par le député Steve Obeegadoo lors des débats sur le projet de loi sur l’Université des Mascareignes et selon lesquels le gouvernement « n’a aucune vision et aucune stratégie » quant à l’enseignement supérieur à Maurice. Mireille Martin trouve que le député « fait du mauritian bashing » lorsqu’il s’oppose à la création d’une quatrième université publique.
Par rapport à son ministère, Mireille Martin a annoncé la restructuration en cours de la « gender unit » et affirme aussi que le gouvernement a une politique de « zero tolérance » pour ce qui est de la violence envers les femmes. Selon la ministre, il y a eu une baisse par rapport au cas de violence domestique. « Il y a eu 2 515 cas rapportés en 2010 et 1 752 en 2011. »
Pour la députée Aurore Perraud, le programme gouvernemental tend vers un « développement à visage humain ». « Anybody can find something for him, for her in this government programme », dit la PPS. Elle a mis l’accent sur les mesures prises en faveur du développement de la petite enfance en saluant l’ouverture de « crèches de quartier ». À ce sujet, elle a fait état de celles qui sont déjà opérationnelles dans sa circonscription et qui apportent « un grand soulagement » aux mamans. « Ces crèches de quartier sont fort louables et sont bien accueillies dans la population. Elles soulagent les mères qui n’avaient pas de safe place pour confier leurs enfants. Elles apportent aussi un bon encadrement aux jeunes. »  
La députée soutient que le gouvernement « témoigne d’une bonne volonté » pour trouver des solutions au problème de logement qui, reconnaît-elle « est très aigu » aujourd’hui. Elle souhaite néanmoins que les prochains projets de construction de logement sociaux tiennent compte de la question du nombre de personnes par famille et offrent un espace raisonnable aux familles pour vivre décemment.