Un des directeurs de la très réputée firme légale Appleby fait l’objet d’une mise en demeure servie par une employée. La jeune femme accuse en effet ce dernier de harcèlement sexuel. Dans sa plainte, elle souligne qu’elle était employée chez Appleby jusqu’en 2014.

Elle avait rejoint la compagnie en février 2004, le directeur en question étant arrivé, lui, quelques mois après. Il était alors Office Manager tandis qu’elle officiait comme réceptionniste.

Quelques mois plus tard, l’employée avait été promue Legal Secretary, promotion dont elle dit avoir pris connaissance de la raison peu après. Elle devait ainsi apprendre que le directeur voulait qu’elle soit sa « petite amie ». Mais étant alors une jeune veuve, et son directeur n’étant à ses yeux qu’un de ses “séniors”, elle avait refusé. « He kept harrasing me with sms and asked me to accept his proposal. I never accepted but again my salary was increased by Rs 3 000 which was quite a big sum for me. I was happy but in return he kept harassing me telling me see what I did for you and you have to pay in return by allowing me to touch you », écrit la jeune femme dans sa mise en demeure.

L’ex-employée indique qu’elle était « terrifiée » par ce comportement et qu’elle avait même reçu « des menaces » afin qu’elle « obéisse » à son chef. Elle indique l’avoir laissée la toucher quelquefois « par peur », ajoutant que sa vie était devenue « un enfer » sur son lieu de travail, car son directeur la suivait « même jusqu’aux toilettes ».

Cette situation, souligne l’ancienne secrétaire, a duré quelques années, laps de temps pendant lequel elle dit avoir vécu « sous la menace de représailles » car étant dépendante de cet emploi. Elle indique que quand le défendeur a été nommé directeur, elle a aussi été promue afin de travailler dans son département. En 2014, ne pouvant plus supporter cette situation, elle avait décidé de quitter son travail.