Avec le mauvais temps, le lagon du Nord est devenu un terrain propice pour les méduses. Aussi est-il conseillé au public d’être particulièrement vigilant, principalement du côté de Péreybère, Trou-aux-Biches et Mon-Choisy, et d’éviter de faire trempette pour le moment dans les lieux susmentionnés.
Selon Eugène Vitry, technicien au laboratoire Nauticase, les méduses se trouvent d’ordinaire en haute mer. Mais le vent du Nord les pousse plus près de nos rivages, entre autres les espèces les  plus dangereuses, à l’instar de la Portuguese Men O’ War, une méduse de petite taille ressemblant à une « patate pourvue de tentacules bleues » (Ndlr : plus connue des Mauriciens sous le sobriquet de “di fil bleu”). Eugène Vitry poursuit : « On aperçoit souvent ce type de méduse sur la plage de Belle-Mare. »
Le Sud de l’île n’est toutefois pas épargné, selon l’expert. « Les endroits les plus fréquentés par les méduses se trouvent au Nord. Mais du fait de la forte poussée des brises, on enregistre aussi des méduses dans le Sud », dit-il, avant d’estimer qu’il faudrait entamer une campagne de sensibilisation afin d’informer le public sur « le fonctionnement des méduses » et « le danger qu’elles représentent » pour la peau. « Les méduses ne sont pas inoffensives. Il faut éviter qu’elles se collent aux pieds ou au dos, ce qui peut entraîner une embolie et d’autres complications. » En cas de piqûre, il est conseillé de consulter rapidement un médecin.