C’est le 16 mai prochain, lors de la grande finale de Miss India Mauritius Pageant que sera connu le nom de la gagnante du concours Miss Talent, étape préliminaire de cette quatrième édition de cette compétition qui s’est déroulée samedi dernier au Indira Gandhi Centre for Indian Culture (IGCIC) à Phoenix. Pour cette épreuve, les organisateurs ont mis les bouchées doubles pour offrir aux spectateurs un show encore plus grandiose que les années précédentes. En plus des talents présentés par les prétendantes au titre, notamment des danses sur de la musique du cinéma populaire des années 1970 à 1990, une série de prestations sont venues rythmer cette soirée qui a duré presque trois heures. Au programme, chants et danses folkloriques  indiens.
La scène du l’IGCIC à Phoenix a été dans la soirée de samedi dernier le théâtre d’un spectacle de danse et de chant mettant à l’honneur la richesse et la diversité de la culture indienne. Cette soirée s’est déroulée en deux parties. La première consacrée aux chants et danses proposés par les jeunes artistes indiens du NIFAA (National Integrated Forum of Artists and Activists), une organisation sociale et culturelle qui regroupe de jeunes volontaires et dont le but est de promouvoir la culture indienne à travers le monde. La deuxième au concours Miss Talent.
Le ton est donné à l’ouverture même du show. Costumes colorés, longues tresses, bracelets aux chevilles… la beauté et la culture indiennes sont à l’honneur. Dans la salle, les femmes ont sorti leurs plus beaux saris pour venir encourager leurs favorites au concours de Miss Talent et apprécier le spectacle.
En présence d’un public venu nombreux, les artistes du Penjab et d’autres régions de l’Inde ont fait découvrir des danses folklorique de la Grande péninsule. Le public a ensuite eu droit à plusieurs titres de chansons bollywoodiennes repris par Mayank Rao, un des chanteurs de la troupe qui a émerveillé l’assistance avec des chansons d’amour, dont le titre phare du film “Aashiqui”.
C’est vers 21 h, soit après deux heures de spectacle, que vint le moment fatidique. Eeshna Appadoo, Nishta Appadoo, Archana Beenessreesingh, Sujeeta Gokhool, Raveena Heerah, Deepa Keenoo, Mokshada Matikola, Ashtee Narayen, Lovna Peeharry, Anusha Seechurn, Dhanista Senraj, Swati Useree ont chacune quelques minutes pour donner le meilleur d’elles-mêmes, afin de conquérir le jury composé de diverses personnalités, parmi lesquelles Nirmala Gobin, danseuse de kathak, Ameeksha Dilchand, Miss Mauritius 2011 et Asha Mungroo, directrice de Dance in the City.
La présentation des talents s’enchaîne (cette année, l’accent est mis sur les chansons indiennes des années 70, 80 et 90), dont l’indémodable “Disco Dancer”. Bien que certaines Miss n’aient pas forcément un talent très prononcé pour la danse — la plupart dansant pour la première fois sur scène —, elles semblent s’amuser à jouer les stars d’un jour.
La Talent Night, c’est trois heures de spectacle et non-stop grâce, d’une part, aux prestations des artistes indiens et des candidates et d’autre part, grâce à la présentation confiée au talentueux et sympathique Ravin Papiah qui a su mettre les candidates à l’aise, agrémentant les questions avec une bonne dose d’humour. Seul bémol: la soirée, qui était bien trop longue. Un point à considérer la prochaine fois pour tenir le public en haleine.