Fraîchement élue Miss Mauritius 2012, Diya Beeltah n’en revient toujours pas. Depuis samedi soir, elle vit un véritable conte de fée. Titulaire d’une licence en ressources humaines, Diya Beeltah est assistante de recherche à l’université de Maurice. Nous l’avons rencontrée dans sa demeure à Quatre-Bornes.
À peine élue et voilà que Diya Beeltah se retrouve sur plusieurs fronts à la fois. Nous l’avons rencontrée alors qu’elle venait de participer à l’ouverture de l’école Sasha Coiffure à Curepipe.
La nouvelle Miss Mauritius nous accueille avec un large sourire et répond à nos questions en toute décontraction. “Je suis une personne simple, souriante et très bavarde”, nous dit-elle, sans détour. Elle nous avoue un trait de son caractère : elle aime encourager les autres. “J’ai eu plaisir à constater que les autres prétendantes au titre étaient également comme moi : nous nous encouragions mutuellement. Le concours a été une expérience formidable et j’en sors vraiment grandie.”
Méditation.
Quelques jours après son couronnement, la jeune fille de 23 ans, qui a deux soeurs et un frère, commence à peine à réaliser ce qui lui arrive. “Je suis très surprise d’avoir remporté cette couronne, même si je m’attendais à figurer parmi les deux premières. Je me suis donné à fond pour ne pas le regretter par la suite.”
Diya Beeltah nous confie qu’elle a eu une sorte de déclic dimanche dernier alors qu’elle participait au carnaval à Flic en Flac. “J’ai réalisé à ce moment-là qu’être Miss Mauritius était quelque chose d’important. Tout le monde me souriait et me saluait. J’étais très émue.”
Elle compte tout faire pour qu’on se souvienne d’elle. “Je vais tout faire pour que les gens ne m’oublient pas.”
Sur un plan plus personnel, Diya Beeltah précise qu’elle a une bonne hygiène de vie. Végétarienne, elle s’adonne également à la méditation et pratique le yoga. “La méditation m’a beaucoup aidée pendant la compétition. Je prenais vingt minutes par jour pour gérer le stress.”
La Miss Mauritius 2012 joue également de la vina, un instrument à corde considéré comme le plus ancien des instruments classiques de musique indienne. Elle suit des cours dans une école spécialisée. Son autre passe-temps favori est de surfer sur le net.
Engagement.
Le jour de son élection, Diya Beeltah avait affirmé vouloir aider Nathalie Lesage, élue Miss World Mauritius, sur son projet concernant les sans domicile fixe, et également Keshika Canaye pour le projet sur le SIDA qu’elle avait présenté lors du concours Beauty with a purpose.
Ce besoin d’aider les autres est permanent chez elle. À sa manière, la jeune femme est déjà engagée dans le social. “Je suis membre d’une association qui essaye de venir en aide aux nécessiteux en recyclant des produits usagers. J’ai appris, avec l’aide d’un ami, à confectionner des sacs en utilisant de vieux saris. Nous les vendons et reversons l’argent à des associations qui s’occupent de personnes en difficulté.”
Titulaire d’une licence en ressources humaines, Diya Beeltah occupe le poste d’assistante de recherche à l’université de Maurice. Elle travaille actuellement sur un projet qui s’intitule World Life Balance. En parallèle avec ses obligations de Miss Mauritius, elle compte terminer ce projet et entamer un Master en ressources humaines. “Je suis une battante et je suis très career-oriented. Je vais travailler dur pour arriver à atteindre mon but.”