Interrogée par Le Mauricien au téléphone de Chine, où elle participe au concours Miss World 2018, Murielle Ravina, Miss Mauritius 2017, exprime sa joie d’avoir accompli un rêve. « J’ai confiance en mes capacités, tout va se jouer à la dernière minute. C’est maintenant que je reçois des encouragements. Quand j’ai été élue, je n’ai pas eu le soutien voulu, sauf des encouragements de ma famille, de l’organisation Miss Mauritius. Le manque de soutien m’a néanmoins confortée dans ma démarche que pour réussir, il faut persévérer. »

Source photo : Facebook

Elles sont 30 finalistes au concours de Miss World 2018 ce samedi et les regards à Maurice et Rodrigues sont braqués sur l’une des candidates, Murielle Ravina. L’événement se passe en Chine et Anne Murielle Ravina compte se battre jusqu’au bout. Déjà, face à la Miss France, elle s’est imposée en s’exprimant avec clarté lors des questions-réponses. Les pieds bien sur terre, la Miss Mauritius 2017 est bien partie pour défendre les couleurs de Maurice et celles de Rodrigues dont elle est originaire.

Diplômée en science politique et relations internationales, Murielle Ravina a été la première Rodriguaise à être élue Miss Mauritius.

Déterminante, persévérante, elle a connu des moments sombres dans sa vie. Orpheline de mère à l’âge de onze ans, elle a été élevée par sa grand-mère Madeleine Allas. Vivant à Maurice depuis 2014, Murielle avoue que le concours de beauté Miss Mauritius « va au-delà d’un simple critère de beauté physique ».

Et qu’en est-il des derniers préparatifs pour le concours Miss World ? Au bout du fil, Murielle laisse éclater une joie immense. « Être sur une plateforme internationale, c’est une grande première pour moi et je vais défendre ce titre coûte que coûte. » Murielle est aussi sensible à la cause de l’éducation et parmi un de ses projets abordés, elle a évoqué l’hygiène dans les écoles. « J’ai d’autres projets en tête car pour moi l’éducation est prioritaire dans la vie, cela vous ouvre bien des portes. L’éducation m’a permis d’être sur une plateforme internationale. Je ressortirai de cette épreuve de concours samedi, contente d’y être parvenue. Si j’ai le titre, ce sera un grand couronnement pour mes deux îles de cœur, Maurice et Rodrigues. »

Primerose Obeegadoo, la cheville ouvrière du concours Miss Mauritius, salue la prestation de Murielle. « Elle en est à sa seconde participation au concours. La première fois, elle avait ses études à terminer et en 2017, quand elle s’est représentée, on voyait qu’elle avait l’étoffe d’une vraie Miss. Beaucoup de critiques sont formulées à l’égard de ce concours, mais plus d’un ignore le temps de préparation qu’il faut pour envoyer une Miss à un concours de Miss World. »

Primerose Obeegadoo rappelle qu’en 1971, Marie Anne Ng Sik Kwong, aujourd’hui Mme Yip Tong, était parmi les dix finalistes au concours Miss World. Idem pour Marie Ella Tse Sik Yun, aujourd’hui Mme Fok, qui se retrouvait aussi parmi les dix finalistes de Miss World en 1975. Nathalie Clément en 1989 était parmi les dix finalistes de African Queen of Beauty.

Et d’ajouter : « Aujourd’hui le concours Miss World est “public worldwide”, ce n’est pas un concours de femmes-objets, mais un concours de beauté axé aussi sur la beauté de l’esprit. Je suis heureuse de l’accomplissement de Murielle Ravina qui fait la fierté de Maurice et de Rodrigues. Je remercie aussi Ramesh Cadhun qui a fait un immense travail. Il fallait faire un vidéoclip et le présenter au concours Miss World sur le parcours de Muriel et Ramesh a su restituer l’essentiel. Je félicite Murielle pour sa détermination. »