Rechercher des opportunités d’investissement à Maurice pour des gens très fortunés et clients de sa société souhaitant faire des placements en offshore : telle est la mission que s’est assignée Dominic Stoneham, arrière-petit-fils de sir Herbert James Read, ancien gouverneur de l’île Maurice (1925-1929). Le Chief Executive Officer de la société ERUK considère que les opportunités ne manquent pas à Maurice où les conditions d’investissement, dit-il, sont attirantes.
Accompagné d’Edwin Bennett, consultant d’ERUK, et de Gervais Ducasse, son représentant officiel local et directeur de la compagnie Research, Diligence and Investment (RDAI) Ltd, Dominic Stoneham, qui est à sa première visite à Maurice, a eu ces derniers jours des discussions de haut niveau avec des officiels du gouvernement et les milieux d’affaires, dans le cadre de sa mission de prospection. Gervais Ducasse s’est chargé du travail de base en vue de la mise en place des fonds d’investissement qui seraient éventuellement lancés. La société (RDAI) qu’il dirige est spécialisée dans la recherche et la vérification stratégique, légale, fiscale, comptable et financière des projets d’investissement au Royaume-Uni, à Maurice et dans d’autres pays de la région : Madagascar, Seychelles, Mozambique, Kenya, Ouganda et Zambie.
« Nous voulons élargir le champ d’activités d’ERUK en vue d’offrir à des investisseurs très fortunés la possibilité d’exploiter les opportunités d’affaires à l’offshore. Nous recherchons à cet effet des moyens ou possibilités de placement sûrs et pour lesquels des retours intéressants sont offerts », déclare Dominic Stoneham. ERUK, souligne-t-il, est une société de conseils à l’investissement pour les gens fortunés et dispose actuellement d’un portefeuille de clients appréciable. Parmi, des clients souhaitant faire des placements dans d’autres pays tout en bénéficiant, en retour, des dispositions légales avantageuses concernant le droit à la citoyenneté dans les pays ciblés.
C’est le cas à Maurice où les dispositions de la loi facilitent l’obtention de la citoyenneté avec un investissement d’au moins 500 000 dollars. Cela a incité Dominic Stoneham et sa société à étudier de plus près les opportunités d’investissement au niveau local. Mais le CEO d’ERUK soutient que d’autres aspects favorables de la juridiction mauricienne ont aussi été pris en compte : état de droit, fuseau horaire entre Maurice et l’Europe aussi bien qu’avec l’Afrique et l’Asie, environnement des affaires (Ease of Doing Business), multilinguisme et cadre juridique (les Mauriciens étant très familiers avec la Common Law et le Droit français). « Maurice est aussi bien placée pour le développement des affaires avec l’Asie dont l’Inde, l’Afrique et le Moyen Orient », fait-il ressortir. Edwin Bennett, en tant que consultant de la société ERUK, a fait plusieurs déplacements à Maurice. « Le mode de vie à Maurice est agréable. Les gens jouissent d’une très grande liberté. C’est un endroit sécurisant », dit-il.
Dominic Stoneham n’a pas encore arrêté son choix sur des secteurs dans lesquels ses « high networth clients » seront appelés à investir. Les premières informations glanées indiquent que des opportunités existent dans les infrastructures, l’immobilier, les espaces commerciaux, entre autres. Se basant sur les 40 années d’expérience de Gervais Ducasse au sein de la compagnie immobilière COPRIM et les recherches entreprises pour le compte d’investisseurs intéressés à des projets IRS (Integrated Resort Scheme) et RES (Real Estate Scheme), des placements dans des projets style Smart Cities pourraient être considérés.
« Nous avons beaucoup d’idées en tête. Il s’agit d’y mettre bon ordre. Nous jetterons définitivement des bases pour arriver à nos fins. Nous visons avant tout des projets durables et qui respectent l’environnement. Ce que nous espérons réaliser comme gains à Maurice y sera réinvesti pour assurer une plus grande intégration sociale », annonce Dominic Stoneham.
Gervais Ducasse estime que la venue de Dominic Stoneham représente « un tournant véritable dans le développement de liens économiques entre le Royaume-Uni et son ancienne colonie, un développement prenant en compte l’intérêt mutuel des deux nations ».