Paul Bérenger, leader de l’Opposition et du MMM, renouvelle son défi à la Speaker, Maya Hanoomanjee, en l’invitant à publier la liste de toutes les missions à l’étranger auxquelles elle a participé avec les détails autour des dépenses associées. Qualifiant de « troublante » la situation à la National Transport Authority (NTA), il allègue que le fils d’un ministre de même qu’une « importante personnalité féminine de l’État » seraient aussi impliqués dans toute l’affaire dite des ‘horsepowers’ falsifiés. Maintenant qu’il a été décidé que c’est lui qui sera candidat de son parti au poste de Premier ministre pour un mandat de cinq ans, le leader du MMM dément, d’autre part, l’existence d’une ‘short list’ de candidats au poste de Numéro 2 d’un éventuel gouvernement MMM.
Paul Bérenger accuse le ministre Showkutally Soodhun d’être derrière les affiches anonymes placardées, cette semaine, dans certains quartiers spécifiques de Port-Louis. Des affiches qui, dit le leader du MMM, l’attaquent personnellement comme étant une personne qui ne respecterait pas les lieux sacrés de l’islam. Il affirme que personne mieux que les députés de son parti, Reza Uteem et Adhil Ameer Mea, n’ont oeuvré pour l’ouverture d’une ambassade mauricienne à Riyad, en Arabie Saoudite. Aussi, pour lui, ces « affiches communales », qui n’auraient pour but que d’attiser de la haine, sont « complètement ridicules. »
Le leader de l’Opposition explique qu’il a, en fait, dénoncé le ministre Soodhun car ce dernier a voulu « embarquer » Maurice dans le conflit opposant l’Arabie Saoudite à l’Iran dans le contexte de la guerre en cours en Syrie. « J’appelle la population à la lucidité par rapport à la nature du régime politique en Arabie Saoudite. Qu’importe le pays, il nous faut dire non à toute tentative d’ingérence étrangère, dont l’ingérence financière », soutient-il. Dénonçant ce qu’il considère être la « lâcheté » de Showkutally Soodhun, Paul Bérenger trouve en ce dernier épisode « une gaffe de plus » de la part du ministre.
Le chef de l’Opposition revient, de même, avec ses critiques à l’adresse de la Speaker, Maya Hanoonanjee, accusant cette fois la présidente de l’Assemblée nationale de ne pas dire la vérité par rapport à la participation des parlementaires de l’Opposition à des missions à l’étranger. « Elle a voulu faire croire qu’hormis une exception dans le cas du député PTr Osman Mohamed, le MMM a monopolisé toutes les participations. » Citant les cas des députés Shakeel Mohamed et Ezra Juboo outre celui d’Osman Mohamed, Paul Bérenger affirme, lui, avoir été « fair-play » à l’encontre des travaillistes.
NTA: « Situation troublante »
Poursuivant, il renouvelle son « défi » à la Speaker de rendre publique la liste de toutes les missions que cette dernière a entreprises à l’étranger avec les détails des dépenses. Le leader de l’Opposition promet, en cas de refus, de soulever la question à l’Assemblée nationale. Interrogé à l’effet que Shakeel Mohamed ne semble pas, non plus, pleinement satisfait de la manière dont est répartie au sein de l’Opposition la participation à des missions parlementaires, le leader de l’Opposition répond que ce dernier a droit à son appréciation mais qu’il est, lui, satisfait d’avoir été « faire-play » envers le PTr.
Paul Bérenger qualifie, par ailleurs, de « troublante » la situation à la National Transport Authority (NTA) autour de l’affaire dite des « horsepowers. » Il cite particulièrement le cas de l’ASP Hector Tuyau. Même s’il déclare accorder le bénéfice du doute au Commissaire de police Mario Nobin, qui explique que les récentes mutations au sein de la police s’inscrivent dans un cadre général, le chef de l’Opposition juge que c’est une drôle de coïncidence que cela intervient au moment même où le ministre Ashik Gungah se trouve mêlé à toute cette affaire de « horsepower. » Ce qui, trouve-t-il, ne peut qu’entretenir toutes sortes de perceptions parmi la population.
Paul Bérenger allègue détenir des informations à l’effet qu’il y aurait eu plusieurs transferts, ces derniers temps, à la NTA de même qu’une altercation entre l’ASP Tuyau et un responsable de ce service. Il allègue aussi avoir été informé que le fils d’un ministre de même qu’une personnalité féminine de l’État seraient également mêlés à cette affaire de « horsepowers » falsifiés. Le leader de l’Opposition conclut sous ce chapitre en laissant entendre que son parti veillera au grain pour qu’il n’y ait aucun « cover-up. »
Par rapport aux pertes subies par les petits planteurs de légumes à la suite des récentes inondations, Paul Bérenger est d’avis que le gouvernement aurait dû avoir recours aux mêmes mesures d’aide fournies à ces cultivateurs sous le gouvernement MSM/MMM en 2005 après les pluies abondantes qui s’étaient abbatues sur l’île au mois de janvier de cette année — Cash Grant, prêt à un faible taux d’intérêt, rééchelonnement des dettes auprès de la Banque de Développement (DBM) et fourniture de semences. Pour lui, il est injuste de ne compenser que ceux qui ont subi des pertes au-delà des 50% comme, cette fois, décidé.
« C’est Ramgoolam, lui-même, qui affaiblit le PTr »
Tout en reconnaissant que le lagon s’est largement dépeuplé, le leader de l’Opposition réclame – préalablement à toute mesure d’interdiction de la pêche dans le lagon, comme annoncé cette semaine, par le ministre Prem Koonjoo – la publication d’un Livre Blanc sur toute la question et qu’un dialogue soit établi avec ceux concernés.
Se basant, d’autre part, sur l’appréciation des observateurs étrangers sur place dont l’ancienne députée MMM, Françoise Labelle, déléguée dans l’île à titre d’observatrice de la Commission de l’océan Indien (COI), Paul Bérenger parle de « grands progrès » autour de l’organisation du premier tour, dimanche dernier, de l’élection présidentielle aux Comores même si, à l’arrivée, il y a de graves contestations par rapport à la compilation des résultats. Alors que, dit-il, de « grandes craintes » sont exprimées quant à la possibilité de fraude électorale pour le second tour prévu le dimanche 10 avril, il promet son soutien à la COI pour que tout se passe dans les meilleures conditions.
Sur un sujet concernant plus directement son parti, Paul Bérenger dément tout malaise au sein du MMM. Il rappelle qu’après avoir remis en question son leadership, l’Assemblée des délégués mauve a voté pour qu’il conserve son poste. Il explique que le Bureau politique (BP) vient d’opter pour qu’il se présente aux prochaines élections comme le candidat du MMM au poste de Premier ministre. Paul Bérenger dément l’existence d’une « short list » de candidats MMM au poste de « shadow deputy Prime minister. » « Le MMM aura l’embarras du choix », assure-t-il, à cet effet.
Invité, par ailleurs, à commenter l’accusation du Dr Navin Ramgoolam au congrès du PTr, dimanche, à l’effet que le MMM tenterait de diviser le PTr en vue d’affaiblir ce parti, le leader des mauves devait répondre: « C’est Ramgoolam lui-même qui est en train d’affaiblir le PTr. » « Au MMM, nous ne sommes interessés ni au PTr, ni au MSM », dit-il. À noter qu’au début de sa conférence de presse, hier, Paul Bérenger a tenu à exprimer ses meilleurs voeux de bon rétablissement au PM, sir Anerood Jugnauth, après sa récente intervention chirurgicale en Inde.