• L’ex-No 1 de la Banque centrale, Ramesh Basant Roi compte 23 missions à Rs 20 millions

L’ancien gouverneur Ramesh Basant Roi a effectué 23 missions officielles pour la Banque de Maurice de janvier 2015 à janvier 2018 pour un coût de plus de Rs 20 millions. L’actuel No 1 de la Banque centrale, Yandraduth Googoolye, en compte, lui, 17 depuis janvier 2018. Au total, les voyages des gouverneurs ont coûté Rs 28 710 582,08 depuis 2015.

C’est ce qu’indiquent les chiffres officiels de la Banque de Maurice au sujet des missions entreprises par Ramesh Basant Roi et son successeur. Celui qui avait été nommé au début du régime de Lalyans Lepep en 2015 a voyagé 23 fois durant ses trois ans passés à la Bank of Mauritius. Durant la première année, les missions entreprises en Tanzanie, en Australie, au Canada, au Mozambique, en Inde, en Suisse et en Angleterre sont revenues à Rs 3 451 977, dont Rs 2 340 000 en Per Diems.

Entre 2015 et 2016, Ramesh Basant Roi s’est rendu en Chine, au Pérou, aux Etats-Unis et en Suisse avec des allocations chiffrées à Rs 5 712 600 et des billets d’avion coûtant environ Rs 2 millions. De juillet 2016 à juin 2017, l’ancien gouverneur a encore effectué huit voyages, notamment à Washington et Tokyo. Enfin, ses déplacements officiels de juillet 2017 à janvier 2018, entre autres au Ghana et au Maroc, ont coûté Rs 2,8 millions. Yandraduth Googoolye, qui l’a remplacé, compte, lui, 17 missions officielles à son actif de janvier 2018 à ce jour.

L’actuel No 1 de la Banque centrale s’est notamment rendu en Inde, au Sénégal, en Grande-Bretagne, en Égypte, en Arabie Saoudite, en Chine et aux Etats-Unis. Ses Per Diems sont évalués à Rs 5 869 500 tandis que ses billets d’avion ont coûté Rs 2 370 000. Ces détails étaient attendus mardi dernier à l’Assemblée nationale après une interpellation du député du MMM Veda Baloomoody adressée au Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, lors du Prime Minister’s Question Time. Le député de l’opposition voulait connaître les salaires et les “Fringe Benefits” payés aux gouverneurs de la Banque de Maurice. Cette Parliamentary Question n’a toutefois pas reçu de réponse car posée en dehors du temps alloué au chef du gouvernement.