Annoncé en grande pompe depuis bientôt deux mois, le Fact Finding Committee sur le cas de pédophilie allégué au Mauritius Institute of Training and Development (MITD) sous l’égide du ministère de l’Éducation devra démarrer ses travaux au plus tard à la fin de ce mois. Cette enquête a été confiée à Véronique Kwok Yin Siong Yen, présidente de la Cour intermédiaire. D’autre part, la commission d’enquête sur le scandale foncier des frères Timol présidée par le juge David Chan Kan Cheong, avec pour assesseurs le directeur de l’Office of Public Sector Governance du Prime Minister’s Office, Geenaduth Gopee, et de l’ancien Chief Government Valuer, Phalgoony Ramrekha, prévoit de démarrer les auditions à huis clos à partir de mars prochain.
Les attributions du Fact Finding Committee au sujet des agissements de l’instructeur pédophile présumé du MITD sont de mener une enquête approfondie sur les abus sexuels subis par l’adolescente, un examen de tous les dossiers relatifs à cette affaire, dont le rapport de la psychologue du MITD, de procéder à la vérification des entrées à la Child Development Unit à ce sujet, de situer les responsabilités et d’établir les manquements à différentes étapes de cette affaire de pédophilie au niveau des instances officielles, que ce soit le MITD, le ministère de l’Éducation et le ministère de l’Égalité des Genres et du Développement de l’Enfance, et de faire des recommandations sur des initiatives à être adoptées.
Les témoins intéressés à déposer devant le Fact Finding Committee sur le cas de pédophilie allégué au MITD ont jusqu’à la fin de ce mois pour se faire connaître auprès du secrétariat dirigé par Navinkoomarsing Madhoo à la Cour suprême. Les auditions se dérouleront à la Cour N° 9 de la New Court House à partir de 15 h 00 les jours de semaine.
Le secrétaire du Fact Finding Committee, interrogé par Week-End, a indiqué qu’à ce stade il n’y a aucune indication si les séances de travail seront ouvertes au public. « La décision sera prise par la Presiding Magistrate », a-t-il fait ressortir en ajoutant que les auditions pourront bien démarrer avant la fin de janvier dépendant de la disponibilité des témoins.
Le ministre de l’Éducation, Vasant Bunwaree, qui est pris pour cible par le leader du MSM, Pravind Jugnauth, en raison de sa proximité avec le pédophile présumé, a animé exceptionnellement un point de presse dimanche dernier. Tout en dénonçant la campagne de « zet labou » dont il se dit la cible, le ministre a tout simplement annoncé que le rapport du Fact Finding Committee sera prêt dans trois mois, avant même que ne débutent les auditions.
Des spéculations sont en cours quant à la teneur des témoignages de la victime de ces actes de pédophilie, de l’instructeur du MITD ou encore du père de la victime devant le Fact Finding Committee. Mais ce qui est donné comme une certitude est que l’épouse du pédophile allégué est plus que déterminée à faire la lumière sur les pulsions sexuelles non contrôlées de l’homme en question.
L’affidavit déposé par Pravind Jugnauth lors de son interrogatoire au Central CID constituera une pièce maîtresse des travaux du Fact Finding Committee, de même que le rapport de la psychologue déposé sur la table de l’Assemblée nationale par le leader de l’opposition, Paul Bérenger, lors de la Private Notice Question du samedi 17 novembre.
De son côté, le juge David Chan a formellement indiqué que les travaux de la commission d’enquête sur le scandale immobilier avec des ressortissants étrangers en tant que victimes seront interdits au public et à la presse. Les séances sont prévues dans l’enceinte de la Cour suprême après 15 h 00 à partir de mars prochain.
Le potentiels témoins devront se faire connaître auprès du secrétariat de la commission d’enquête, dirigée par Ah Vee Chan Woo Show Wing, Senior Registrar à la Cour suprême au plus tard à la fin de février prochain. Cette commission d’enquête, instituée suite à une autre PNQ de Paul Bérenger au sujet de l’arrestation des frères Timol pour escroquerie dans le domaine de l’immobilier haut de gamme, devra faire la lumière sur le rôle et la complicité des professionnels du barreau et d’autres secteurs dans cette affaire.
Des ressortissants étrangers, victimes de ce réseau, animé principalement par les frères Zoobair et Osman Timol, ont déjà pris contact avec des conseils légaux en vue de préparer leurs dossiers pour des témoignages devant la Commission Chan. Les premiers dossiers devront être soumis dans les jours à venir, avec les limiers du Central CID ayant participé à l’interpellation des frères Timol, deux ans après les premières dénonciations, qui seront également appelés à apporter leur contribution à la commission d’enquête.