Le Mauritius Institute of Training and Development Employees Union (MITDEU) a tenu un point de presse à Port-Louis hier pour critiquer à nouveau le fonctionnement de cet organisme. Hemandar Madhow, le président de ce syndicat, avance que « l’exercice de recrutement ne se fait pas dans la transparence ». La MITDEU a porté plainte à l’ICAC en ce sens et réclame une commission d’enquête en vue de faire la lumière sur la gestion du MITD.
« Ce problème ne date pas d’hier. Quel est le rôle du board du MITD dans toute cette affaire ? Quelqu’un doit en assumer la responsabilité ! » fustige le président du MITD Employees Union. En effet, Hemandar Madhow soutient que la majorité des recrutements au sein du MITD ne se font pas dans la transparence. Après avoir récemment porté plainte à l’ICAC au sujet de la nomination du nouveau manager du lycée Polytechnique Guy Forget de Flacq, le président de la MITDEU invoque que « cette pratique de procéder à des recrutements dans l’opacité et du jour au lendemain, sans suivre les procédures, perdure ». M. Madhow dit être en possession de plusieurs documents qui démontreraient ce qui se passe au sein du board du MITD. Et d’ajouter : « Le ministre de l’Éducation a déclaré qu’il est en possession d’un dossier en béton sur les instigateurs de la grève des élèves du lycée Polytechnique de Flacq. Pourquoi n’a t-il rien fait à ce jour ? »
La MITDEU réclame une transparence accrue autour de ce recrutement. « Le MITD est géré par des fonds publics ; tout le monde doit savoir ce qui s’y passe ».
Par ailleurs, l’intervenant a également dénoncé ce qu’il estime être un gaspillage des fonds publics. « Le MITD est en train de dépenser l’argent du contribuable dans la rénovation des bureaux de certains officiers alors que plusieurs centres de formation ne sont pas équipés », dit-il. Le président de la MITDEU déplore par ailleurs que beaucoup de problèmes évoqués lors de la dernière rencontre avec le ministre de l’Éducation, n’ont pas été pris en considération. « Nou gayn limpresyon minis inn zoinn nou zis pou la form me linn pa finn respecte so bann engazman », soutient M. Madhow. Et de faire ressortir : « Depuis le 8 septembre nous essayons d’avoir une nouvelle rencontre avec lui. »
Hemandar Madhow invoque aussi « une situation où plusieurs personnes au sein du MITD depuis des années sont toujours sous contrat ». Les instructeurs du NTC, explique-t-il, ont été recrutés en 2004 sur une month-to-month basis ; par la suite ils ont eu droit à un contrat de travail renouvelable chaque année. « C’est une insulte envers ces employés qui ont toujours servi cet organisme ! », estime-t-il.
Le syndicat en appelle au Premier ministre Navin Ramgoolam pour que l’on ouvre une enquête sur la gestion du MITD. De plus, il demande une rencontre avec le leader de l’Opposition pour faire part de leurs problèmes.
Contacté par Le Mauricien, le directeur du MITD, Roland Dubois rejette en bloc ces accusations et affirme catégoriquement qu’« au MITD, on prône toujours la transparence ». Le directeur a aussi indiqué que c’est le comité des ressources humaines qui s’occupe du recrutement et des conditions de travail. « Tout se fait d’après les procédures et nous n’avons rien à cacher », soutient M. Dubois. Par ailleurs, le directeur souligne le fait qu’il existe également un comité des Finances qui s’occupe de la gestion de l’argent public d’après le Procurement and Financial Manual. « On est tout à fait dans la ligne, d’ailleurs, nous sommes redevables pour ce que nous faisons, alors c’est absurde de dire qu’il n’y a pas de transparence dans la gestion du MITD », affirme Roland Dubois.