Et clap…en deux, trois mouvements sur 48 heures, les choses se sont précipitées pour Novin Gaya. Officiellement, depuis jeudi dernier, il n’est plus le Directeur des Sports au ministère de la Jeunesse et des Sports. Il a formulé, selon les renseignements officiels, une demande d’être mis à la retraite prématurément pour des raisons familiales. Une demande qui a été illico presto acceptée par la hiérarchie au sein du ministère de la Jeunesse et des Sports et dont l’information nous a été confirmée par le ministre Devanand Ritoo.
«Nous avons effectivement reçu une demande de Novin Gaya pour sa mise à la retraite. Il  serait dans une situation familiale compliquée, nous avons donc accepté cette demande», nous a confié le ministre de la Jeunesse et des Sports. Mais ceux qui savent ce qui se passe dans les arcanes du pouvoir au 3e étage de l’Emmanuel Anquetil Building diraient que la décision de Novin Gaya de quitter son poste de Directeur des Sports sans bruit, voire sur la pointe des pieds, n’est pas une affaire normale. D’autant plus que l’ex-DOS de ce ministère n’est pas de ceux qui savent garder un secret et encore moins se laisse-t-il facilement gagner par le mutisme.
Une décision en 48h
D’autant qu’il a été noté que depuis le départ de Kumar Daby et l’arrivée de Dev Phokeer comme secrétaire permanent dans ce ministère, Novin Gaya avait repris du galon dans les couloirs du MJS au détriment de son assistant, Ram Lollchand et aussi de l’ex-attaché de presse de ce ministère, Benito Paris.  Que s’est-il passé pour qu’en 48 heures, Novin Gaya fasse une demande de mise à la retraite et obtienne toutes les conditions qui y sont attachées? La question est pour l’heure sans réponse, même si l’argument des «raisons familiales» tiennent en partie la route. Sans doute un jour la vérité remontera à la surface dans cette démission la plus inattendue de l’année.
Entre-temps, Ram Lollchand a été quelque peu forcé de sortir de son congé  justement en raison d’une situation difficile, pour ne pas dire abracadabrante qui sévit au ministère des Sports. Depuis jeudi, le secrétaire général de la Commission Jeunesse et Sports de l’Océan Indien et qui a commencé sa carrière au sein du MJS une heure après Novin Gaya, se voit confier les clés du département des Sports.
«Cette nomination n’est qu’une suite logique des choses, même si j’aurais préféré qu’elle se fasse dans d’autres conditions. Depuis jeudi, j’occupe en effet, le poste de Directeur des Sports et il n’y aura rien de changé dans ma manière de voir les choses et de procéder», a soutenu à Week-End Ram Lollchand. Il va sans dire que des ajustements au niveau des responsabilités devraient avoir lieu dans les jours à venir au sein de ce ministre.
Outre le poste d’ADOS, Ram Lollchand avait aussi la responsabilité de la High Level Sports Unit (HLSU) qu’il préside depuis sa création, et celle du secrétariat de la CJSOI.
Pour l’heure rien n’indique qu’il va devoir quitter ce poste, surtout au niveau de la CJSOI où le poste de secrétaire général est un poste élu. Mais reste que nous apprenons que désormais c’est Samoo Pillay qui a été nommé adjoint au poste du Directeur des Sports. Ce qui veut dire aussi qu’un poste de Senior Sports Officer a été liberé. Selon la question de «senior most», ce poste reviendra automatiquement à Soodesh Appadoo, qui étrangement est encore Sports Officer.
«A notre niveau, c’est business as usual. Je suis assez content d’avoir Ram Lollchand comme Directeur des Sports. C’est un officier qui a démontré son potentiel et a fait preuve de son expérience en de nombreuses occasions. Depuis jeudi, nous avons repris les dossiers en suspens et je pense que les fédérations ne devraient même pas sentir ce changement, si ce n’est dans la manière d’opérer. Pour les autres opérations, nous verrons une fois que le nouveau DOS se serait installé», a soutenu le ministre à Week-End.