Redonner au sport local ses lettres de noblesse en valorisant les sportifs : tel était le thème d’un atelier de travail organisé par le ministère de la Jeunesse et des Sports lundi à l’hôtel Le Labourdonnais à Port-Louis. Cet exercice concernait également les représentants des fédérations sportives concernées par les Jeux des îles de 2019, de même que les membres de la presse écrite et parlée. À l’issue de cet atelier de travail, un suivi sera effectué suite aux propositions et recommandations émises.
Avec l’ancienne athlète de demi-fond Sheila Seebaluck comme modératrice, les différents participants avaient à plancher sur trois thèmes dans les six ateliers constitués. À savoir, premièrement comment valoriser les sportifs locaux, deuxièmement donner une visibilité accrue au sport local dans les médias et troisièmement le patriotisme et l’unité nationale en vue des Jeux des îles. « Nous avons voulu réunir les acteurs du monde sportif, et nous voulons une collaboration MJS-fédérations et presse. Tout devra être entrepris dans l’intérêt des sportifs, car ils sont au centre de nos préoccupations », a signalé le ministre de tutelle, Stephan Toussaint. Ce dernier souhaitant par là même des mesures intéressantes pour la jeunesse et les sports lors du budget qui sera présenté demain.
À l’issue des discussions dans les différents ateliers, plusieurs propositions ont ainsi été émises. Concernant la valorisation des sportifs, il a été suggéré que les fédérations soumettent leur calendrier pour la saison en cours afin d’éviter que les événements ne coïncident, et qu’un chargé de communication soit titularisé au sein des fédérations afin de créer un pont entre elles, le MJS et les médias. L’idée de la création d’une one-stop shop, soit une base médiatique, a aussi été lancée afin de mieux faire circuler et de partager les performances des sportifs.
Pour ce qui est de la visibilité accrue au sport local dans les médias, il a été suggéré de créer un Sports Media Council qui regrouperait MJS-fédérations et médias, de même qu’une cellule de communication et de marketing au sein des fédérations. L’idée d’intégrer les anciennes gloires au sein des fédérations a également été lancée, de même que la création d’une Amicale des anciens internationaux afin de les impliquer dans les manifestations. Mieux vendre la discipline et nourrir la presse en permanence, une plus grande convivialité du côté des infrastructures sportives, avec animation, buvette et signature d’autographes des anciennes gloires ont été autant de suggestions émises sur ce sujet précis.
Concernant le patriotisme et l’unité nationale en vue des prochains JIOI, le respect, le sentiment d’appartenance, la fierté du drapeau national et le soutien des stakeholders ont été des facteurs à être pris en considération. Reste que ce sens d’appartenance devra être entrepris auprès des institutions primaires et secondaires, grâce à une collaboration MJS-Ministère de l’Éducation.
Les autres actions préconisées ont été le passage de la flamme des Jeux dans les différentes régions de l’île, les campagnes de publicité sur les transports publics et les billboards, le soutien des différentes régions aux sportifs, la tenue d’un Salon du Sport ou les campagnes Anou Zoué dans les différentes localités. Il a également été suggéré que chaque fédération possède sa base de données et ait ses propres role-models. Les anciens sportifs ne devraient pas être mis au placard, car ils pourraient être regroupés en une association et être partie prenante lors des célébrations des 50 ans de l’Indépendance l’année prochaine.
Bien que certaines fédérations, et non des moindres, ont joué aux abonnés absents lundi, il reste tout de même à souhaiter qu’une meilleure communication soit établie entre les trois organismes concernés et que tous jouent le jeu. Comme pour confirmer le slogan émis par l’entraîneur Khemraj Naiko : Ansam nou pli for.