Cela fait exactement une année depuis que la cycliste Aurélie Halbawachs ne perçoit plus d’allocation mensuelle en tant que sportive de haut niveau auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports. Enceinte de son premier enfant pendant cette période, la Fédération mauricienne de Cyclisme (FMC) n’a pas cru nécessaire de la recommander auprès de la High Level Sports Unit (HLSU) pour qu’elle continue à bénéficier de ce soutien de l’Etat. Car la logique aurait voulu que cette dernière continue à profiter de cette allocation. Selon les lois existantes d’ailleurs, toute femme enceinte bénéficie à l’accouchement, d’un maternity leave de trois mois rémunérés.
La fédération avait-elle au moins discuté avec la cycliste pour savoir  si elle allait reprendre la compétition après son accouchement ? Tout nous force à croire que non, car au cas contraire, la FMC aurait dû informer le board de la HLSU des intentions de la cycliste. Contacté, le président de la FMC, Lawrence Wong a déclaré à Week-End que la fédération n’a effectivement pas recommandé Aurélie Halbwachs du fait qu’elle était enceinte.  » Aurélie avait cessé de s’entraîner et ne participait pas aux compétitions. En nous basant sur les règlements qui régissent les bourses de haut niveau, nous n’avons pas soumis de rapport à son sujet parce qu’elle n’était justement pas en activité « , a-t-il fait remarquer.
Depuis, Aurélie Halbwachs a repris la route et a même représenté le pays, en février dernier, lors des Championnats d’Afrique au Maroc où elle a pris la sixième place lors du contre-la-montre individuel et la septième place dans la course en ligne. En 2015, soit en début d’année, elle avait remporté la médaille de bronze lors du contre-la-montre individuel des Championnats d’Afrique tenus en Afrique du Sud. Elle était alors considérée, jusqu’au mois de mars de l’année dernière, comme une athlète de la catégorie continentale et percevait une allocation de Rs 11 000.
D’autre part, la HLSU devrait revoir nettement à la hausse l’allocation du boxeur Merven Clair, évoluant dans la catégorie des moins de 75 kg. Qualifié pour les Jeux olympiques à l’issue du tournoi de mars dernier au Cameroun, le Rodriguais qui était jusque-là considéré dans la catégorie régionale avec une allocation mensuelle de Rs 5 500, passe désormais à Rs 26 000. Sans compter qu’il bénéficie d’une aide additionnelle de Rs 10 000 mensuellement dans le cadre de sa préparation pour Rio. James Kennedy St Pierre (-91 kg), également qualifié pour les JO, fait, lui, déjà partie de la catégorie mondiale et aura également ce soutien de Rs 10 000 supplémentaire par mois.
Soulignons également que le marathonien David Carver refait son entrée comme athlète bénéficiaire et ce, après avoir lui-même informé sa fédération (Association mauricienne d’Athlétisme) fin 2015 de ne pas le recommander faute de performance. Pour les trois derniers mois de 2015, il était classé dans la catégorie régionale avec une allocation de Rs 5 500. Un peu plus de trois mois après, le Mauricien de 28 ans, établi en Australie (Melbourne), a frappé un gros coup, notamment au marathon d’Hambourg en Allemagne, il y a deux semaines, en décrochant sa qualification pour les Jeux olympiques. Il avait couvert les 42 km en 2h18.20, alors que les minima étaient de 2h19. David Carver intégrera directement la catégorie mondiale et bénéficiera d’une bourse de Rs 26 000 et d’un soutien additionnel de Rs 10 000 mensuellement.