Qu’a réalisé la « Mauritius Football Association » en terme de performance pour mériter autant de considération de la part du ministère de la Jeunesse et des Sports lors de l’allocation du budget de fonctionnement pour 2012 ? Car cette fois encore, cette fédération arrive en tête des dotations budgétaires avec un total de Rs 8.7M, sans oublier les millions que lui verse la FIFA (Fédération internationale de Football Associations). Elle devance de loin  l’Association mauricienne d’Athlétisme (AMA) avec ses Rs 5.55M et l’Association mauricienne de Boxe (AMB) qui elle reçoit Rs 4.2M malgré les grosses performances réalisées aux Championnats et aux Jeux d’Afrique ! Pour sa part, la Fédération mauricienne de Kick-Boxing et des Disciplines Assimilées (FMKBDA) n’obtient que Rs 1M avec ses trois titres africains et ses distinctions sur le plan mondial ! La MFA elle, malgré son manque de résultat criant, bénéficie toujours de la faveur du ministère de la Jeunesse et des Sports, elle qui se retrouve pourtant avec « deux présidents », notamment le président élu Vinod Persunnoo, et Sameer Sobha, « président » délégué pour gérer les affaires de la fédération au niveau local !
Comment peut-on continuer à encourager l’incompétence à un moment ou l’économie mondiale fait face à une crise sans précédent et où le Mauricien est appelé à faire de grosses sacrifices pour être en mesure de s’offrir des commodités de base ? C’est la grande question que nous nous posons et qui, nous sommes sûrs, demeure sur toutes les lèvres à l’heure des dotations budgétaires destinées aux fédérations. Logiquement, la MFA aurait dû être sanctionnée par le MJS, car au cours de l’année 2011, le football n’a été que l’ombre de lui-même. Aux Jeux des Iles de l’océan Indien, le Club M n’a pas été en mesure d’imposer un jeu convaincant sous la direction d’Akbar Patel, et n’a décroché la médaille d’argent que grâce à des circonstances favorables.
Au niveau africain, l’humiliation a été à son comble pendant toute la campagne des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2012, dont un sévère 7-0 face au Sénégal. Au niveau des moins de 20 ans également, les données ont été les mêmes avec des défaites lors de la récente COSAFA Cup en Afrique du Sud. Au niveau de sa gestion, la MFA n’a guère convaincu et obtient la note zéro. Qui plus est, elle opère avec « deux » présidents peut-on dire à la suite de la décision de Vinod Persunnoo de déléguer ses pouvoirs locaux à Sameer Sobha, alors que lui détient les pouvoirs internationaux. Du jamais vu dans le sport mauricien et que nous qualifierons de révoltant, voire de farce !
Malgré cela, la MFA tient toujours une place de choix dans le coeur de certains au MJS et ce, en dépit du fait que plus d’un manient avec perfection l’art de l’illusion. Car il ne faut pas oublier que depuis des années ces messieurs, qui disent être des amoureux du ballon rond, promettent monts et merveilles pour faire revivre le football. Le résultat, on le connaît et les Mauriciens sont bien au courant de l’état dans lequel le sport roi se trouve à l’heure où nous écrivons ces lignes. Pourtant, cette même MFA empoche le banco de Rs 8.7M !!!
L’AMB devra repasser
L’Association mauricienne d’Athlétisme obtient elle Rs 5.5M et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’a pas vraiment brillé au niveau des seniors, cette année. Mais contrairement à la MFA, elle a montré des signes de redressement évident notamment au niveau des jeunes. Une pépinière a été mise en place et nous sommes sûrs, qu’elle fera parler d’elle dans un proche avenir comme cela a été le cas dans le passé avec les Stephan Buckland, Eric Milazar, Arnaud Casquette et autres Jonathan Chimier. Pour mener à bien ses projets, l’AMA pourra donc compter sur un soutien à la hauteur de Rs 5.5M, contrairement à l’Association mauricienne de Boxe qui demeure, elle, au niveau des Rs 4.2M pour 2012 comme en 2011 !
La décision d’accorder une telle somme à une fédération qui a été irréprochable sur le plan régional, continental et mondial doit être considérée comme une insulte surtout par rapport à une MFA qui n’a pas fait honneur à la République de Maurice sur le plan africain. Car les bonnes performances ont régulièrement fait partie du paysage pugilistique mauricien au cours de ces douze derniers mois et ce n’est surtout pas le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, qui nous dira le contraire.
Cette année, l’AMB a été intraitable sur tous les plans. Richarno Colin a montré la voie aux siens en décrochant une médaille d’or à la Bocksaï Cup, une compétition que la fédération internationale qualifie de très relevée et faisant partie des meilleurs tournois au monde. Lors des Championnats d’Afrique, les boxeurs ont ramené trois médailles d’or et une d’argent, alors qu’aux Jeux d’Afrique, la République de Maurice doit son bon classement (10e)  aux trois médailles d’or et une de bronze décrochées par les boxeurs.
Il semblerait, malheureusement, que cela n’a pas servi à grand-chose, sinon comment expliquer le fait que l’AMB n’a pas perçu de hausse comparativement à ces très bons résultats. Avouez qu’il y a de quoi rester perplexe devant une telle situation et c’est certainement une logique qu’on a du mal à comprendre. Car autant que nous sachions, la règle d’or en sport demeure la méritocratie. Tout effort mérite récompense et cela, tout athlète le sait. Malheureusement, ils sont une poignée pour qui ces principes ne comptent pas et cela, c’est vraiment dommage. On se souvient aussi que l’année dernière, lors des Jeux du Commonwealth de New Delhi, en Inde, c’est la boxe – une fois encore -, qui avait permis à la République de Maurice de bien terminer au classement général !
Le kick-boxing toujours mal considéré
L’autre aberration demeure sans nul doute le budget que percevra la Fédération mauricienne de Kick-Boxing et des Disciplines Assimilées pour 2012. En effet, cette fédération bénéficiera d’un soutien à la hauteur de Rs 1M, soit une augmentation de Rs 100 000. Pourtant, ceux qui suivent cette discipline vous diront que cette allocation est tout simplement insultant pour une fédération dont les athlètes ont brillé sur tous les fronts en 2011. Aux Championnats d’Afrique, au Gabon, ses tireurs ont décroché trois médailles d’or, alors qu’à la Coupe du monde, en Hongrie, ils ont obtenu deux autres médailles d’or sur deux entrées seulement !
Lors des Championnats du monde en Macédoine, une médaille d’argent et une de bronze ont été obtenues et ce, après que les tireurs eurent livré plusieurs combats. Il semble malheureusement que ces très bons résultats n’auraient pas vraiment servi à grand-chose. Et dans un contexte qui devient de plus en plus très difficile, les dirigeants de la FMKBDA seront, une fois de plus, contraints à « mendier » auprès des sponsors pour être en mesure de respecter leur engagement auprès de leurs licenciés !
Qu’on le veuille ou non, les inégalités, voire les injustices, sont trop flagrantes pour qu’on passe sous silence cet exercice d’allocation budgétaire. Car il est grand temps que ceux concernés sachent, une bonne fois pour toutes, qu’il n’y a rien d’établi en sport et que ceux qui font de gros efforts pour faire honneur au pays méritent d’être récompensés et d’être soutenus comme il se doit. Il faudra aussi faire comprendre à ces fédérations qui ne sont pas performantes qu’il n’y a rien d’acquis. A notre niveau, nous estimons que seul le travail bien fait, les performances et le sens du sacrifice doivent être récompensés et non l’incompétence. A moins bien sûr que les dotations accordées aux fédérations dépassent très largement le cadre purement sportif…
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Les allocations budgétaires 2012
Tir à l’arc: Rs 120 000, Athlétisme: Rs 5 550 000, Aurally handicapped: Rs 120 000, Boxe française: Rs 150 000, Badminton: Rs 1 800 000, Basket-Ball: Rs 1 500 000, Billards: Rs 600 000, Culturisme: Rs 150 000, Boxe: Rs 4 200 000, Sport féminin: Rs 500 000, Cricket: Rs 100 000, Cyclisme: Rs 1 200 000, Equitation: Rs 250 000, Football: Rs 8 700 000, Golf: Rs 225 000, Handball: Rs 1 000 000, Judo: Rs 2 000 000, Karaté: Rs 375 000, Kick-Boxing: Rs 1 000 000, Kyokushinkai: Rs 150 000, Mentally Handicapped: Rs 120 000, Motocyclisme: Rs 200 000, Pétanque: Rs 300 000, Physically handicapped: Rs 120 000, Rugby: Rs 700 000, Plongée sous-marine: Rs 120 000, Sports corporatifs: Rs 450 000, Squash: Rs 400 000, Sumo: Rs 100 000, Tennis de table: Rs 1 100 000, Tae Kwon Do: Rs 500 000, Tennis: Rs 1 800 000, Triathlon: Rs 1 185 000, Volley-Ball: Rs 2 200 000, Visually Handicapped: Rs 120 000, Haltérophilie: Rs 850 000, Lutte: Rs 400 000, Wushu: Rs 250 000, Voile: Rs 550 000
I A noter que les budgets de Rs 1 500 000 pour la natation et de Rs 850 000 pour l’haltérophilie ont été bloqués par le MJS jusqu’à nouvel ordre