La High Level Sports Unit (HLSU) du ministère de la Jeunesse et des Sports se penchera sur la liste des athlètes bénéficiaires d’une bourse de haut niveau pour les trois prochains mois (avril à juin). Cette évaluation sera faite, très probablement en fin de semaine, à la lecture des différents rapports soumis dont ceux des entraîneurs. A ce stade, la HLSU n’a reçu que la moitié des rapports et selon nos informations, la nouvelle liste de bénéficiaires devrait être finalisée d’ici la deuxième semaine d’avril.
Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y a pas eu de gros changements à la liste des athlètes bénéficiaires d’une bourse de haut niveau pour le premier trimestre de 2013 par rapport à la liste de octobre-novembre 2012. Il n’empêche que de la cinquantaine d’athlètes bénéficiaires, il se pourrait que certains soient rétrogradés à une catégorie inférieure. Car selon le président de la HLSU, Ram Lollchand, les critères sont très claires à ce sujet. Il est très important que les athlètes décrochent des médailles ou démontrent au moins qu’ils ont progressé par rapport à leurs performances individuelles.
Au début du mois de février dernier d’ailleurs, Week-End faisait état de la situation de deux athlètes, nommément Fabrice Coiffic (100m et 200m) et Mary-Jane Vincent (100m et 200m) qui avaient été maintenus dans la catégorie continentale (Rs 6 000 à Rs 9 000) dans l’attente de performances significatives. Au cas contraire, il était compris que ces deux athlètes allaient chuter dans la catégorie régional (Rs 3 000 à Rs 4 500). « Nous allons attendre le rapport de la fédération (Ndlr: Association mauricienne d’Athlétisme) pour analyser les recommandations. Il était convenu de voir les résultats de ces athlètes lors des deux rencontres de préparation organisées localement », a déclaré Ram Lollchand.
Entre-temps, Mary-Jane Vincent a mis le cap sur le centre de perfectionnement de haut niveau de l’International Association of Athletics Federations (IAAF), à Kingston en Jamaïque. Elle est même devenue la deuxième Mauricienne à descendre sous les 55 secondes sur 400m, après Sandra Govinden (record national en 54.62), lors des Championnats d’Afrique de 1992 organisés à Maurice.
Elle a même couru, par deux fois, sous les 55 secondes, soit 54.98, puis 54.87 il y a deux semaines. Ce qui lui a permis du coup de réaliser les minima pour les Jeux de la Francophonie, prévus du 7 au 15 septembre prochain, à Nice en France. Pour Ram Lollchand toutefois, Mary-Jane Vincent est inscrite dans la liste des bénéficiaires avec pour objectif le 100m et 200m. Selon lui, il faudra maintenant attendre le rapport de la fédération pour voir si elle sera inscrite au 400m également.
Par ailleurs, les membres de la HLSU et son président Ram Lollchand, ont rencontré les athlètes bénéficiaires sur leurs lieux d’entraînement pour une campagne d’explication il y a pas longtemps.  « Nous sommes satisfaits de ce qui a été fait et nous allons maintenant analyser les points de vue avancés par les athlètes et les entraîneurs », a déclaré Ram Lollchand. Selon lui, tout s’est bien passé et il a indiqué qu’en athlétisme, certains ont fait part de leurs insatisfactions par rapport à la catégorie dans laquelle ils se trouvent actuellement. La question sera prise lors de la réunion de la HLSU prévue pour cette semaine.
Pour en revenir au paiement des allocations pour janvier-mars, Ram Lollchand a indiqué que cinq athlètes n’ont pas reçu leurs allocations pour les trois mois écoulés. Si l’Association mauricienne de Boxe a demandé que les boxeurs James Kennedy St Pierre, Jacques Raphaël et Jonathan Ramchurn soient d’abord jugés sur leurs performances lors du tournoi inter-îles prévu ce mois-ci à Rodrigues, en revanche, pour ce qui est de la nageuse Olivia de Maroussem, Ram Lollchand a affirmé que le rapport de son entraîneur n’a pas été obtenu. Idem pour le pongiste Ritesh Taukoory.