Les recommandations faites par la High Level Sports Unit (HLSU) au sujet des bourses de haut niveau et des cash prizes ont été approuvées par le cabinet ministériel. En effet, depuis jeudi dernier, 1er octobre, deux nouvelles mesures ont été apportées à ces deux dossiers. C’est ainsi que le cash prize -à l’exception des Jeux des Iles de l’océan Indien – sera désormais déterminé par rapport au nombre de participants par épreuve ou par catégorie, alors que les bourses de haut niveau attribuées aux disciplines non-olympiques ont été revues à la baisse. Dans ce même ordre d’idées, le MJS a effectué un retour à l’ancien système qui consistait à démarquer les disciplines olympiques aux non-olympiques.
Le HLSU s’est vu confier la tâche de revoir certaines conditions attachées aux cash prizes et bourses de haut niveau. Ces changements sont désormais connus et en vigueur depuis jeudi dernier 1er octobre. Le premier changement majeur demeure la décision de ne plus considérer les disciplines olympiques et non-olympiques sur le même pied d’égalité. Cette démarche fait d’ailleurs état d’une récompense de Rs 1 350 000 pour une médaille d’or gagné à des championnats du monde, alors qu’un athlète d’une discipline non-olympique, touchera lui Rs 675 000.  » Cette recommandation a été faite pour qu’il y ait un « fair balance ». Il n’a jamais été question de pénaliser qui que ce soit. L’idée est tout simplement de récompenser selon les mérites « , a déclaré Nagalingum Pillay Samoo, président de la HLSU.
Car selon lui, le board est venu à la conclusion, à titre d’exemple, qu’un athlète ayant disputé une compétition en compagnie de quatre athlètes ne peut bénéficier de la même récompense que celui qui a eu à faire face à plusieurs concurrents. Selon les nouveaux barèmes établis, la totalité de la somme identifiée sera uniquement versée dans le cas où un athlète s’est retrouvé dans une épreuve ou une catégorie où le nombre de participants s’élève à sept ou plus. Au cas où il n’y a que cinq ou six participants, le médaillé percevra 75% de la somme, alors que s’il  n’y a trois ou quatre concurrents, ce sera 40% de la somme totale. En dernier lieu, s’il n’y a que deux participants, le vainqueur ne se verra offrir que 25% de la récompense. Cette mesure est aussi appliquée pour les compétitions intercontinentales et continentales.
Il n’empêche que des problèmes pourraient se poser au niveau des championnats d’Afrique où le nombre d’entrée dans certaines disciplines est souvent faible. On retrouve dans cette situation, l’haltérophile Shalinee Valaydon (…), le boxeur James Kennedy St Pierre qui boxe désormais en moins de 91 kg ou encore dans certaines catégories en judo. A cela, Nagalingum Pillay Samoo a expliqué que le board étudiera la question sur un «case to case basis» et ce, en dépit du fait qu’un guideline existe déjà au niveau de la HLSU. Il a d’ailleurs ajouté que, par le passé, des récompenses ont été revues par rapport au niveau de la compétition auquel un sportif a pris part.
Allocations inchangées pour Bauluck et Agathe
Par ailleurs, le dernier changement concerne l’attribution des bourses de haut niveau. Et là, ce sont les sportifs évoluant dans une discipline non-olympique, donc la Fédération mauricienne de Kick-Boxing et des Disciplines Assimilées (FMKBDA), qui sont directement concernés. En effet, la grille a été complètement revue et désormais, les nouveaux tireurs qui atteindront la catégorie mondiale bénéficieront d’une allocation oscillant entre Rs 13 000 et Rs 16 000, alors qu’avant le 1er octobre, l’allocation se situait entre Rs 26 000 à Rs 32 000. La catégorie intercontinentale (Rs 13 000 à Rs 20 000) a aussi été modifiée (Rs 7 500 à Rs 10 000), tout comme la catégorie continentale (Rs 6 500 à Rs 11 000) dont les allocations oscilleront désormais entre Rs 4 000 et Rs 6 000.
Pour ceux qui intégreront le catégorie régionale, ils bénéficieront d’une bourse de Rs 3 500, alors que selon l’ancien barème, la somme oscillait entre Rs 3 500 et Rs 5 500. En revanche, les deux tireurs classés dans la catégorie mondiale, nommément Fabrice Bauluck (-54 kg) et James Agathe (-81 kg), continueront à percevoir une allocation mensuelle de Rs 26 000. Burtlan Simisse (-51 kg), vice champion du monde, percevra lui ses allocations de Rs 20 000 mensuellement attribuées aux athlètes de la catégorie intercontinentale. Soulignons que ces trois tireurs qui avaient été en finale des championnats du monde de 2013 à Sao Paulo au Brésil, avaient tous disputé quatre combats avant d’atteindre les finales de leurs catégories respectives.