Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, s’est lancé dans une opération afin d’améliorer la communication entre son ministère et les fédérations sportives. La rencontre, qui a eu lieu dans la salle du conseil de la mairie de Port-Louis, a été l’occasion pour les dirigeants d’exposer leurs griefs en ce qui concerne le fonctionnement du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS).
Dès les premières minutes de son intervention, Devanand Ritoo a clairement fait comprendre que cette opération visait surtout à améliorer la communication entre les fédérations sportives et son ministère. Après un rapide bilan de l’année 2011, où il a été question des 38 médailles d’or, des 64 médailles d’argent et des 54 médailles de bronze du Club Maurice aux JIOI seychellois, et de la performance honorable des Mauriciens aux Jeux d’Afrique au Mozambique, le ministre et ses invités sont entrés dans le vif du sujet.
Les premières questions ont vite fusé, avec Martial Natchoo, secrétaire de la Fédération mauricienne de cyclisme, qui s’est demandé comment trouver le financement nécessaire à la construction du vélodrome. « Maintenant que vous avez eu votre terrain, on devra travailler ensemble afin de pouvoir vous aider », a répondu Devanand Ritoo.
De son côté, Vimal Basanta Lala, secrétaire de l’Association mauricienne de tennis de table, a laissé entendre qu’il y avait quelques petits problèmes de communication entre son association et le MJS. « On ne comprend pas comment le MJS peut mettre sur pied des centres de formation ou bouger nos coaches sans nous consulter. »
Ce à quoi le ministre a répondu que les coaches, même s’ils ont été recommandés par les fédérations respectives, sont toujours des employés du MJS. « Quand j’étais coach, on m’a transféré de Triolet à Chemin Grenier et au Morne par la suite. J’ai toujours accepté. »
Les autres interventions ont été les unes plus pertinentes que les autres. Celle de Patrick Bradshaw, président de la Rugby Union Mauritius (RUM), a été particulièrement précise et a porté sur les fonds CSR mis sur pied sous l’ère Rama Sithanen. « À l’époque, on avait parlé de l’argent récolté à travers le Loto. Mais, depuis, on n’a rien vu venir. Qu’est donc devenu cet argent ? »
Le ministre a déclaré que les ministres se sont succédé à la tête du ministère des Finances, sans pour autant redéfinir la stratégie. « Ce sont les ministres des Finances qui ont décidé de revoir la stratégie ou de ne pas en parler. »
Nundkishor Fakun, président de la Fédération mauricienne d’haltérophilie, a été assez critique dans ses remarques vis-à-vis du MJS. Il a notamment parlé du salaire de l’entraîneur national d’haltérophilie, qui ne touche que Rs 2 000, et a demandé qu’« un officier du MJS soit formé spécialement pour aider les fédérations sportives soient CSR compliant. »
À la fin de la rencontre, le ministre a dressé un bilan de sa rencontre. « Je pense que cet exercice était nécessaire. Pour le bilan des JIOI, nous verrons si nous pourrons le faire après », a-t-il conclu.
———————————————————————————————————————————
COMITÉ INTÉRIMAIRE: Cessation temporaire…
Le comité intérimaire, jugé illégal par la Fédération internationale de natation (FINA), est entré en phase dormante depuis hier. En effet, une lettre émanant de la FINA et signée Cornel Marculescu demande au ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) de cesser temporairement les activités du comité intérimaire.
Cependant, le ministre Devanand Ritoo, lors de la rencontre avec les représentants des fédérations sportives hier, a lâché que « le caretaker comittee a été annulé à partir d’aujou’hui. » Mais renseignements pris, toute action du comité intérimaire a été suspendue jusqu’à ce que le MJS consulte le Comité olympique mauricien (COM). Selon une source proche du dossier, ce n’est qu’à partir de lundi que les consultations commenceront.
Dans cette lettre de la FINA, Cornel Marculescu précise : « Since it is written between comas this sentence has to be read « After consultation with the relevant International Sports Federation and the Olympic Committee, he (ndlr : le ministre de la Jeunesse et des Sports) set up a Caretaker Committe. »
De plus, Cornel Marculescu précise que « it seems that the Mauritius Olympic Committee has not been consulted before the decision of the Ministry. »
Dès lundi, ce point sera donc réglé…