Photo archive

Les dépenses effectuées dans le cadre les Jeux des Iles de juillet de l’année dernière également sous les feux des projecteurs

Le rapport du Directeur de l’Audit pour l’année financière 2018-2019 est tombé en milieu de semaine. Un « damning report » pour nombre de ministères, cette année encore, sans toutefois que des mesures correctives ne soient apportées, voire des sanctions appliquées à l’encontre de ceux pointés du doigt. Le ministère de la Jeunesse et des Sports, que dirige Stephan Toussaint, ne déroge pas à la règle étant critiqué sur sa façon de dépenser l’argent du contribuable. Ce qui nous rassure toutefois, c’est qu’en ce faisant, le bureau du Directeur de l’Audit donne, entre autre, raison à Week-End sur la position adoptée pour ce qui est de la façon dont l’argent du contribuable a été dépensé, notamment à travers le financement de la Mauritius Football Association (MFA).

Il n’est un secret pour personne que la MFA n’est pas en conformité avec le Sports Act 2016, la loi régissant les fédérations sportives du pays. Le Registrar Of Association l’a d’ailleurs reconnu en 2017 et le MJS a même appliqué la manière forte en gelant ses subventions, en septembre 2018, à l’exception de celles en faveur du Club M dans le cadre des Jeux des Iles de juillet 2019. Sauf, qu’entre-temps, le MJS a continué à financer les clubs de football et autres comités régionaux à la hauteur de Rs 20.2M pour une saison. Ce qu’il faut aussi savoir c’est, si la MFA a bénéficié d’une quelconque subvention d’août à septembre 2018, avant que les vivres ne soient coupés temporairement.

Ambiguité

En revanche, ce que nous ignorions, c’est que le MJS que dirige Stephan Toussaint est allé à l’encontre de sa propre décision. En effet, selon le rapport, nous apprenons que la MFA a bénéficié d’un soutien de l’État, à la hauteur de Rs 3M, pour organiser la COSAFA U17 en juillet 2018 ! Qui plus est, le bureau Directeur de l’Audit, affirme que le paiement devait se faire avec pour condition, soit que la fédération soumette des reçus et autres « certified documents ». Malheureusement, le rapport stipule que ces documents n’ont pas été soumis pour soutenir les paiements !

Le bureau Directeur de l’Audit va même plus loin lorsqu’il évoque les aides financières accordées au football, mais également aux autres fédérations sportives, soit pour la période 2016/17 et 2017/18, en indiquant: « that financial assistance was provided although the conditions pertaining to disbursements of funds were not being complied with.» Cet organisme est d’autant plus critique en reconnaissant qu’elles sont nombreuses les fédérations qui ne respectaient pas les provisions de la loi sportive et ce, malgré les conditions imposées par rapport à l’accord signé avec le MJS. Il est précisé que certaines fédérations n’ont pas soumis la composition de leurs bureaux, le calendrier et autres budgets, aussi bien que les « audited statements of accounts. » Selon le bureau Directeur de l’Audit, le MJS devrait s’assurer que tous les « terms and conditions » soient respectés avant d’allouer une assistance financière.

S’attardant sur l’organisation des 10es JIOI, le bureau Directeur de l’Audit n’y est pas allé de main morte sur des dépenses de l’ordre de Rs 183.91M, notant des lacunes au niveau des procédures d’appel d’offres. Il est aussi reproché au MJS de ne pas avoir respecté les conditions à l’heure que des subventions ont été allouées aux fédérations sportives. Nous apprenons ainsi qu’une fédération a bénéficié d’un soutien de RS 1.74 sans toutefois soumettre des reçus, alors qu’une autre ayant obtenu Rs 2M n’a déposé ses reçus que trois mois après les Jeux.

Le soutien de l’ordre de Rs 746.2M déboursé en faveur de l’Association for the Upgrading of Indian Ocean Islands Games Infrastructures 2019 (AUGI) est également pointé du doigt. Selon le rapport, les instructions financières de l’Administration of Government Grants n’ont pas été respectées. L’AUGI est même égratignée à différente échelle et selon le bureau du Directeur de l’Audit, le MJS devrait mettre en place un meilleur mécanisme, afin de s’assurer que tous les documents relatifs aux « Financial Instructions » soient dûment soumis.

D’autre part, il est indiqué que le Mauritius Sports Council, le Mauritius Multisports Infrastructure Ltd et le Trust Fund for Excellence in Sports ont également bénéficié de grants, à hauteur de Rs 35M, Rs 15M et Rs 22M, respectivement. Sauf que là encore, le bureau Directeur de l’Audit indique les conditions imposées n’ont pas été respectées.