Comme le veut la coutume le ministre de la Jeunesse et des Sports a profité de la plate-forme donnée par les débats sur les dotations budgétaires 2012 pour faire le bilan de son ministère durant la saison écoulée et même plus. D’emblée, Devanand Ritoo a mis l’accent sur l’argent qui a été donné aux fédérations durant la saison écoulée. C’est ainsi qu’il a poussé le bouchon un peu plus loin pour dire à la chambre que «de juin 2009 à ce jour,le ministère a investi quelque Rs 107,2 millions dans les différentes fédérations sportives du pays. Nous endossons les frais pour les déplacements à l’étranger de nos sportifs dans le cadre de compétitions et stages.»
L’intervenant a poursuivi sur cette lancée pour indiquer que,  outre l’argent donné aux fédérations, le ministère des sports couvre aussi le budget de l’organisation des activités sur le plan régional et national, la participation dans les compétitions internationales, les achats des équipements généraux et spécifiques, l’organisation des compétitions internationales sur le sol mauricien et la formation des cadres techniques à travers le BECS entre autres.
«Nous offrons aussi des aides financières au niveau de la formation des jeunes à travers les écoles de Sports et les Centres de Formations entre autres. Nous accordons une allocation financière à plusieurs athlètes à travers la High Level Sports Unit. Ces aides varient entre Rs 2, 000 à Rs 20, 000 mensuellement» a rappelé Devanand Ritoo.
Dans la foulée le ministre a aussi parlé d’autres moyens qui sont mis à la disposition des athlètes comme les entraîneurs ou des cadres techniques étrangers, les infrastructures sportives, le transport, «de même que les salaires des secrétaires administratifs, l’achat des équipements de bureau et le paiement des affiliations aux fédérations internationales. Alors que le MSC met aussi à la disposition de certaines fédérations des bureaux et un secrétaire administratif», a insisté le ministre.
«Small minds discuss people»
Comme il fallait s’y attendre, la situation au sein du mouvement sportif n’a pas manqué de prendre place dans l’intervention du ministre. Devanand Ritoo devait dire qu’il est témoin actuellement «d’un tug of war for power» pour des faveurs et des intérêts personnels «qui priment sur les intérêts des athlètes».
«To the handful of such prophets of doom, my advice is that they should put our athletes first and they should emit powerful vibrations from within so that they are awaken from their deep slumber and see « la realité en face » and acknowledge that our athletes deserve better treatment and better ‘encadrement’», a-t-il répondu. Pour ensuite citer Eleanor Roosevelt (ndlr: citation qui a été rendue célèbre par Nelson Mandela) «Great minds discuss ideas, average mind discuss events, small minds discuss people» pour ajouter ensuite que certains s’y reconnaîtront dans cette citation. Avant  de dire que ceux qui disent que le sport mauricien va mal se trompent. Devanand Ritoo a égrainé un chapelet des bons résultats des athlètes mauriciens depuis 2008. Le ministre a, entre autre, parlé de la médaille de bronze de Bruno Julie à Beijing, la 6e place de Maurice aux Jeux de la Francophonie à Beyrouth en 2009, les trois titres mondiaux, les 11 titres africains et 3 titres de champions de la Francophonie et Il a aussi parlé des médailles d’or des jeunes footballeurs mauriciens dans l’océan Indien.
Pour le ministre, ces résultats ne sont pas le fruit du hasard, mais le fruit du travail. Cependant, dira-t-il, «mon souhait le plus cher  est que les fameuses médailles ferrailles évoquées par certains seront plus que jamais mises au rancard. Toutefois, il est obligatoire que les dirigeants fédéraux prennent leur responsabilité et travaillent réellement pour le football et non pour leur intérêt personnel », a souligné Devanand Ritoo. Ce dernier a aussi mis en exergue, ce qu’ils appellent, «une très belle 12e place de Maurice avec 13 médailles dont 4 en or».
Venant aux décisions annoncées dans le budget du ministre des Finance Xavier-Luc Duval, Devanand Ritoo devait dire que celle d’introduire six bourses sport-études marquera non seulement l’histoire, mais donnera aussi une autre dimension au sport mauricien. Dans la foulée il a salué l’augmentation des bénéficaires d’une bourse du TFES, qui passe de 80 à 250, tout en ajoutant que plus de Rs 6 millions ont été données comme aide financière aux athlètes de haut niveau, tandis que le Cash Prize Scheme a nécessité pour 2011 un budget de Rs 9.8 millions.
MJS: hausse de Rs 452m
Devanand Ritoo a salué le fait que le budget de son ministère a connu une hausse de Rs 452 M.  Le ministre a aussi évoqué, dans son intervention la performance de Maurice aux 8es JIOI et les Jeux d’Afrique à Maputo pour lesquels, dira le ministre, l’État a dépensé Rs 90 millions. Tout en disant sa satisfaction sur l’ensemble des résultats, le ministre n’a pas manqué de souligner sa déception sur la performance des équipes de volley-ball, d’athlétisme et d’haltérophilie. Cette dernière n’a ramené que 4 des 45 médailles d’or en jeu.
Au chapitre des projets pour 2012, Devanand Ritoo a évoqué la réfection de la piste du stade Maryse Justin et la rénovation de plusieurs stades de football. Il a aussi évoqué les études  de faisabilité qui sont entrepris pour un vélodrome et d’un centre pour le kick boxing à Roche Brune, le stade dans le sud et le fameux Institut National du Sport qui sera implanté au stade Anjalay entre autres.