Le leader du MMM a déclaré samedi, lors de la fête de fin d’année du parti, que 2012 a été celle de sir Anerood Jugnauth. Paul Bérenger a salué la détermination de l’ex-président de la République de démissionner du Réduit afin de descendre sur le terrain pour « sauver et de redresser le pays ».
Le Remake 2000, selon Paul Bérenger, a terminé l’année en position de grande force. « Il y a eu des élections municipales corrections en attendant le tsunami des prochaines élections générales », a dit le leader du MMM. Et d’ajouter : « Nous avons bloqué toutes les formes de “dominer” lorsque le gouvernement avait menacé les municipalités qui voteraient en faveur de l’opposition, à l’occasion de l’affaire Nandanee et de la pseudo-affaire de sédition. »
Selon le leader des Mauves, 2012 a été non seulement « l’année des scandales mais aussi des cover-ups ». « Pour chaque scandale, il y a eu une tentative de cover-up », a lancé Paul Bérenger. 2013, a-t-il poursuivi, sera « cruciale ». « D’après mon expérience, les élections générales sont plus que probables… Parce que l’autorité de Navin Ramgoolam s’est ébranlée », a-t-il dit.
« Avec le Ptr, c’est fini pour de bon », a ajouté Paul Bérenger. Se disant « certain » de remporter les prochaines législatives, il explique que sa priorité sera de « redresser les institutions minées par Navin Ramgoolam, à commencer par l’ICAC ». Il a aussi annoncé l’arrivée d’une équipe économique qui prendra de nouvelles initiatives pour faire face à la crise de l’euro.
À la classe syndicale, Paul Bérenger a souhaité que 2013 soit « l’année de l’unité syndicale retrouvée ». S’agissant du MMM qui, selon lui, est déjà « le premier parti du pays », Paul Bérenger compte faire certaines propositions « susceptibles de le rendre plus fort et pour en finir avec Navin Ramgoolam ».
Le leader des Mauves a par ailleurs déploré que 2012 se soit soldée par un flop à Doha en ce qui concerne le réchauffement de la planète. Le comportement du président américain Barack Obama, a-t-il poursuivi, est « décevant » depuis son retour au pouvoir. « 2013 sera aussi décisive pour Israël et la Palestine », a-t-il dit, exprimant sa crainte qu’un gouvernement de droite revienne au pouvoir en Israël. Il a aussi évoqué les menaces de guerre autour de l’Iran.
S’agissant de Madagascar, Paul Bérenger a dit prier « tous les dieux de la planète » pour que ce pays sorte de la situation de crise en 2013. « Si nous étions au gouvernement, nous aurions pris une initiative avec la SADC, la France et les États-Unis en vue de porter cette situation bloquée devant le conseil de sécurité des Nation unies. »
Le leader du MMM a aussi fait état du sommet du Commonwealth qui aura lieu au Sri Lanka où la situation demeure « inacceptable ». La population tamoule continue à être victimisée, a-t-il soutenu. Rappelant que la candidature de Maurice a été proposée pour le prochain sommet, il a expliqué que pour ce faire, le Premier ministre doit être présent à la rencontre de 2013. « J’attends de voir ce que va faire le gouvernement », a-t-il conclu.