Le leader du MMM, Paul Bérenger, a qualifié de « discrimination flagrante » la différence de traitement accordée aux détenteurs des polices d’assurance de la BAI par rapport à ceux qui ont contribué au Gold Scheme Policy. Il a aussi attiré l’attention sur le risque que l’affaire Bramer Bank/BAI finisse comme la saga du hedging, « qui avait entraîné la perte de milliards de roupies aux frais des contribuables ».
Revenant sur le dossier Bramer Bank/BAI en soulignant qu’il avait lui-même dénoncé les pratiques de la BAI depuis 2013, Paul Bérenger a condamné ce qu’il estime être « une mauvaise gestion du dossier par le gouvernement actuel ». Selon lui, le traitement de cette affaire a été marqué « par des zigzags et des déclarations contradictoires », notamment par le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, et le Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval. Il a déclaré ne pas comprendre pourquoi laquelle la licence de Bramer Bank a été révoquée alors que du côté de la BAI, un administrateur a été nommé pour redresser le conglomérat. Il a observé qu’après la révocation du permis d’opération de la Bramer, celui-ci lui a été rendu pour qu’elle puisse opérer jusqu’à l’entrée en opération de la nouvelle banque crée par l’État, la National Commercial Bank (NCB).
Le leader du MMM s’est aussi élevé contre la façon dont le ministre des Finances a annoncé que la State Bank of Mauritius (SBM) prendrait en charge l’ex-Bramer. « Il a agi comme si la SBM était la propriété du gouvernement. Or, celle-ci dispose d’actionnaires. Ce qui explique que la SBM n’est pas allée dans le sens préconisé par le ministre des Finances ». Paul Bérenger a fait ressortir que les contribuables ont déjà fait les frais de cette affaire, les Rs 200 millions qui ont été investies dans la nouvelle banque provenant des fonds publics. « Cet argent sort de la poche des contribuables », a-t-il dit. Commentant l’annonce que le gouvernement garantira les dépôts bancaires, Paul Bérenger a soutenu que « personne ne sait combien de millions ou des milliards cela va coûter » et a exprimé son étonnement que malgré toutes les accusations portées contre la direction de Bramer Bank, le Chief Executive de cette banque a été reconduit à ses fonctions.
S’agissant de la compagnie de la BAI, Paul Bérenger a qualifié de « discrimination flagrante » la différence de traitement accordée aux 135 283 détenteurs des polices d’assurance de la BAI par rapport aux 24 175 qui ont contribué au Gold Scheme Policy. « Il était évident qu’à la suite de ce genre de discrimination certaines personnes iraient en cour », a-t-il avancé, avant de condamner l’annonce faite par le ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance, Roshi Bhadain, que le gouvernement ferait un tri parmi ceux qui ayant investi dans la Gold Scheme Policy. Il a également exprimé la crainte que « si on ne fait pas attention, l’affaire Bramer Bank/BAI finira comme la « Hedging Saga » et on demandera à la population de faire les frais de milliards et de milliards de roupies ». Il a affirmé que le MMM veillera à ce que les engagements pris par le gouvernement soient respectés. « Nous veillerons à ce que le gouvernement tienne sa promesse tout en veillant qu’il n’y ait pas une deuxième hedging saga ».