Le pays est au bord du naufrage  et est en « deep trouble », a soutenu le leader du MMM, Paul Bérenger lors de la première assemblée de délégués organisée cette année par  ce parti à la salle municipale de Belle Rose.
Organisée devant une salle comble composée de délégués  auxquels se sont joints de nombreux partisans mauves, l’assemblée de délégués a pris par moment l’allure d’un congrès. Avant la fin de la réunion une partie de l’assistance a quitté la salle pour se masser à la sortie de bâtiment pour faire la fête jusqu’à la fin de l’assemblée des délégués.
Pour le leader du MMM, l’assemblée des délégués  était l’occasion d’un nouveau départ. Il a attribué  ce qu’il estime être la dégringolade du gouvernement à deux raisons : en premier lieu la fraude, la corruption, les scandales, l’affairisme, les nominations scandaleuses etc et en deuxième lieu  la situation économique. «  Nous fine sappe dans caraye ki ti pe kuit depuis 2005 pou tome dans difé ».  « Aujourd’hui le gouvernement fait la différence entre le gouvernement actuel et le MMM », a-t-il dit.  S’agissant de la situation économique, Paul Bérenger  a estimé qu’elle est en panne.  « Beaucoup de choses ont été promises notamment un deuxième miracle économique, la création d’emplois par milliers.  Or le premier budget de Vishnu Lutchmenaraidoo  a été un fiasco total. Aujourd’hui l’économie est en panne. Il a observé que contrairement à ce qui avait été promis pas un sou n’a été dépensé pour les petites et moyennes entreprises. Les grands projets annoncés n’ont pas été concrétisés. «Le prochain budget sera un flop », a prévu Paul Bérenger.  Il estime que le pays connait un degré d’incompétence  et de cafouillage sans pareil.  « Le gouvernement est divisé. Un ministre tire un  affidavit contre un autre ministre. Le Premier ministre est dépassé », a-t-il lancé. Pour lui, l’affaire BAI a été mal gérée et la façon dont le traité de non double imposition avec l’Inde a été conclu  constitue un crime contre secteur offshore. Le leader du MMM a  également dénoncé la façon dont les dossiers aussi importants que  metro leger, les  Chagos  et Tromelin sont traités. Il estimé que le Premier ministre est mal conseillé.
Paul Bérenger  estime qu’au train où vont les choses, le pays s’achemine vers des élections partielles.  « Toutefois ce ne sont pas élections partielles dont le pays a besoin. Ce sont les élections générales dont nous avons besoin », a insisté  Paul Bérenger qui a précisé n’avoir jamais dit que les élections générales sont derrière la porte. Il a profité de l’occasion pour  préciser que le MMM ira définitivement seul aux élections générales. Il a rappelé que le MMM s’acheminait à une victoire aux élections générales de 2010 et c’est grâce au MSM que le Ptr  avait remporté les élections. Il a promis qu’un effort spécial sera fait en direction des femmes et des jeunes. Il a insisté sur l’importance d’une réforme électorale considérant que le système actuel «  bloque tout ».  Il s’est prononcé en faveur d’une réforme électorale avec une dose de proportionnelle  et a observé que le texte d’un projet de loi est déjà prêt depuis 2014. Interrogé par les délégués sur l’attitude à adopter face à ceux qui ont quitté le MMM pour se joindre au ML ou MP, Paul Bérenger a fait comprendre que toutes les nouvelles adhésions ou les retours éventuels doivent d’abord passer par les régionales du MMM.
L’assemblée de délégués était présidée par Rajesh Bhagwan.