Le leader de l’opposition Paul Bérenger est revenu à la charge hier pour réclamer le paiement d’une compensation d’un montant de Rs 330 aux retraités et bénéficiaires des allocations sociales. Il a aussi insisté pour que le gouvernement revienne sur sa décision d’imposer une taxe de dix sous sur les SMS et le MMS. « Aret fer dominer, aret pinaye », a lancé Paul Bérenger qui avait à ses côtés les parlementaires du MMM et les membres de l’équipe de la Commission Finance du MMM. « J’invite le gouvernement à revoir ces deux mesures ». La taxe sur les SMS ne rapportera que Rs 130 M par an, alors que les revenus budgétaires augmenteront de Rs 8 milliards, dit-il.
Le leader de l’opposition a exprimé son étonnement que le Premier ministre ait choisi l’inauguration du quartier général de Toyota pour commenter le budget et affirmer qu’il a été bien accueilli par la population. Selon lui, le budget 2012 dans l’ensemble, a été mal accueilli par les PME, les petits planteurs et les pêcheurs, qui ont exprimé leur mécontentent total.
Interrogé par la presse, Paul Bérenger s’est déclaré satisfait du discours qu’il a prononcé mardi sur le budget. « On m’a fait savoir que les membres du gouvernement auraient applaudi si je n’avais pas fait mention du sommeil de Navin Ramgoolam », a-t-il affirmé avec un sourire.
Abordant le dossier de Medpoint qui a fait l’objet d’une PNQ cette semaine, le leader de l’opposition a observé que jusqu’à la semaine dernière le gouvernement et le Premier ministre avaient donné l’impression de ne pouvoir rien faire et qu’une partie des Rs 144,7 M ayant été transférée à Londres, il était trop tard. « A travers ma PNQ mardi dernier, nous leur avons forcé la main et les avons obligés à agir après que le parlement leur ait demandé de passer à l’action », a-t-il déclaré.
Paul Bérenger a expliqué qu’il a été établi que l’argent est toujours à Maurice. Il s’est dit heureux de noter que jeudi, soit le lendemain de la PNQ, l’ICAC est passée à l’action et a demandé un « attachment order » à un juge en chambre. Ce que la Commission a obtenu sans difficulté. Le juge a donné l’attachment order sur les comptes bancaires à la Baroda et à la State Bank. Aux termes de la loi, les personnes concernées ont 48 heures à réagir avant que la mesure n’entre en vigueur.
« Tout cela démontre que nous avions raison all along lorsque nous avions dit que le gouvernement a les moyens d’agir afin de geler les fonds qui sont encore à Maurice. Nous serons vigilants et maintiendrons la pression », a affirmé le leader de l’opposition.
Au chapitre de Rodrigues, Paul Bérenger s’est réjoui que le gouvernement ait confirmé qu’il apportera des amendements au Local Government Bill circulé par le ministre des Administrations régionales et enlèvera tout concernant Rodrigues.
A ce sujet, Paul Bérenger a observé que le texte de loi a été circulé avec l’aval du Cabinet, dont le Premier ministre. « La Constitution du pays est absolument claire. On n’a pas le droit de présenter une législation touchant Rodrigues sans obtenir au préalable, l’aval de la Rodrigues Regional Assembly. Par conséquent, en mettant ce texte de loi en circulation Navin Ramgoolam a violé la Constitution et a fait preuve de mépris et de manque du respect vis-à-vis de l’autonomie de Rodrigues. Il ne faut pas renouveler ce genre de démarche anticonstitutionnelle et provocatrice vis-à-vis de Rodrigues », a-t-il avancé. Et de saluer le fait que la spécificité du kreol de Rodrigues a été reconnue.
Paul Bérenger a trouvé dommage que le Premier ministre n’a pas réagi concernant les élections des membres de l’Assemblée régionale. Selon lui, aux termes de la loi si rien n’est fait d’ici décembre, le mandat de l’Assemblée nationale tombe d’elle-même, soit cinq ans après les dernières élections en 2006. « Il est dommage que Ramgoolam n’a donné aucune indication sur ce qui se passera. Est-ce que l’assemblée régionale sera dissoute ? Si elle meurt par elle-même, les élections auront lieu au début de l’année prochaine. Selon Paul Bérenger, la loi prévoit que « The president may at any time dissoudre le Parlement régional. Il peut aussi émettre un writ of election sur recommandation du Premier ministre ».
Le leader de l’opposition a fait mention des rumeurs selon lesquelles le gouvernement se propose de renvoyer l’organisation des élections. Ce qui nécessitera un amendement de la Rodrigues Regional Assembly Act. Il a rappelé que dans le cas de la présentation d’un tel amendement par le gouvernement, le président sera appelé à donner son Assent. Il a lancé un appel au gouvernement pour lui dire d’arrêter de plaisanter avec les institutions fondamentales car il faut qu’il y ait des élections à Rodrigues.
S’agissant des élections municipales, il a souhaité qu’elles aient lieu le plus tôt possible en 2012. Il s’est finalement élevé contre le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell « pour son dérapage au sujet de la nomination d’un ambassadeur en Arabie Saoudite ».