Le leader de l’Opposition Paul Bérenger a sollicité, ce matin, un rendez-vous avec le président de la République pour évoquer le rapport du comité Carcassonne, qui lui a été remis hier par ce dernier.
Le leader de l’Opposition a rencontré hier les professeurs Guy Carcassonne et Pere Vilanova pendant près d’une heure. Hier, il a évoqué brièvement la question avec le président de la République sir Anerood Jugnauth et le leader du MSM Pravind Jugnauth. La question sera évoquée au bureau politique du MMM cet après-midi.
À première vue, Paul Bérenger estime que le rapport contient des propositions intéressantes mais soulève certains problèmes.
D’autre part, dans les milieux du MMM, on estime le système de création d’une douzaine de circonscriptions de quatre à sept députés par circonscription pour un total d’environ 70 députés est intéressant. On relève également que les circonscriptions plus larges réalisées sous la supervision de l’Electoral Boundaries Commission encourageraient les partis à inclure dans la liste électorale des candidats de toutes les communautés. Malgré cela, le MMM estime que la question de best losers doit être traitée séparément de la réforme électorale.
Le Premier ministre Navin Ramgoolam a, pour sa part, choisi de rendre public le rapport rédigé par les professeurs Guy Carcassonne, Pere Vilanova et Vernon Bogdanor. Il a demandé aux professeurs de le présenter au Leader de l’opposition, ainsi qu’au Deputy Prime Minister Rashid Beebeejaun et au vice-Premier ministre Xavier-Luc Duval, et qu’il soit remis à tous les responsables de partis politiques.
Dans un communiqué diffusé hier, le PM remercie chaleureusement les professeurs pour la grande qualité de leur travail ainsi que pour leur ponctualité. Il annonce qu’il va maintenant étudier le rapport et fera connaître sa position ultérieurement.
Depuis des années, les services météorologiques demandent en vain que son vieux radar soit remplacé. Ce radar ne devrait coûter que Rs 120 M, alors que le budget du pays s’élève à plusieurs milliards. Commentant le black-out, qui a suivi les intempéries de la semaine dernière, Paul Bérenger a observé que cela est dû au fait qu’un système automatique localisé ne s’est pas déclenché. Les techniciens du CEB ont mis des heures avant de localiser la faute parce que le chef ingénieur du CEB figure parmi les techniciens suspendus.
Le leader du MMM a déploré que ce soit le n° 2 du CEB M. Hébrard, qui a été lui-même « victimisé », qui ait été chargé de l’enquête sur les raisons de cette panne.
Le leader de l’opposition a aussi attiré l’attention sur les difficultés financières que rencontre Air Mauritius. Il a souhaité que la compagnie aérienne nationale ne rencontre pas les mêmes difficultés qu’Air Seychelles, qui a dû suspendre ses vols internationaux.
Le leader du MMM a finalement parlé de la conférence consacrée au réchauffement climatique qui a eu lieu à Durban au début du mois. Selon lui, un accord est intervenu après la prolongation des débats. « On a frôlé la catastrophe », a-t-il déclaré. Et de poursuivre : « Cet accord a permis de prolonger le protocole de Kyoto sur une résolution à l’effet que le prochain accord couvrira tous les pays. » Les regards, selon M. Bérenger, sont maintenant tournés vers les États-Unis, l’Inde et la Chine. Le leader du MMM a déploré que le Canada se soit retiré du protocole de Kyoto.